Children On Stun – Echoes EP

16 Mar 19 Children On Stun – Echoes EP

Tous les retours ne sont pas forcément attendus. Si la discographie de Children On Stun, dans les années 1990, laisse des souvenirs aléatoires en qualité, le revival créatif inauguré par la sortie de leur EP Echoes, produit par le groupe et Stuart Harper (guitares live, entre 2015 et 2018), témoigne d’une maturité qui manquait aux travaux des origines.

En 2019, le son de Children On Stun, pourvu de deux membres historiques (le chanteur Neil Ash et le bassiste intégré en 1995, Kyle Whipp), a trouvé le sens de l’essentiel. Dans sa mouture actuelle, Children On Stun ne fait que poursuivre une histoire d’affinités. Jusqu’ici, Ash et Whipp avaient jusqu’ici maintenu partenariat à travers The Stripper Project.

Tout s’est simplifié, depuis Mondo Weird (1997). Loin, le souvenir de la qualité aléatoire de leurs anciens albums. En 2019, moins de flagornerie, de références voyantes ; et puis un nerf asséché, plus d’élégance. Ils ont réinventé une marque, et fait le tri.

C’est la première vraie concrétisation studio depuis un bail. Quelques sorties, discrètes, s’étaient bien disséminées sur 2015-2016 (parmi elles, The Sideshow Burlesque, en 2016, ne contenait que du live) ; mais cette fois, c’est la bonne. La simplicité et l’évidence des reliefs de cette nouvelle collection d’originaux signés Ash (chant, synthétiseurs), Whipp (basse, guitares) et Gord Young (guitares et programmation, ex-Dream Disciples), offre réjouissances. Curieusement d’ailleurs, l’écoute de ce nouvel EP, enregistré par Gord avec le renfort de Martin Ruffin, ne réveille pas grande nostalgie. L’essentiel se passe peut-être maintenant : les nouvelles mélodies figurent parmi les meilleures du groupe (« All the Pain of Love », « Signs ») et la version piano d’ « Echoes », qui clôt l’EP, boucle la boucle de fort belle manière. Pour elle, le groupe s’adjoint la participation de Laura Dempster, et la mouture minimale du single conclut l’expérience dans une note cosmique. Une intelligence est à l’œuvre dans la présentation. Il nous semble d’autant plus difficile, les écoutes se répétant, de ne pas se réjouir face à l’état de l’art et à ces guitares acérées, simplifiées et moins maniérées que dans les 90’s. Par moments, le groupe gagne même luminescence glam-psyché, évoquant jusque dans le grain de voix celle d’un Jane’s Addiction.
Ainsi œuvre sur ce format court une chimie de groupe, pour la première fois à un niveau pareil dans l’histoire de la marque. Et alors que nous n’attendions pas forcément grand-chose du comeback, une petite perle en naît, trois ans après le retour live des Anglais. Une première démonstration de force, dédiée à l’ancien bassiste Simon Manning (Grooving In Gren, décédé en 2015), à confirmer sur des formats plus conséquents, plus difficiles.

> CHILDREN ON STUN ONLINE
Site officiel
Facebook
Bandcamp
> ARMALYTE INDUSTRIES ONLINE
Site officiel

Note : 75%