Satyricon : Deep calleth upon Deep, le 22 septembre

13 Juil 17 Satyricon : Deep calleth upon Deep, le 22 septembre

Les Norvégiens, dont la dernière sortie en date reste le Live at the Opera de 2015, publieront leur neuvième album studio le 22 septembre chez Napalm Records. Une étape semble-t-il importante après le fort marquant disque homonyme de 2013.

Deep calleth upon Deep a été enregistré à Oslo (Norvège) et Vancouver (Canada), au début de l’année 2017 puis mixé en compagnie de Mike Fraser, qui avait oeuvré sur le très brut cru 2006 Now, Diabolical. Le groupe parle à propos de cet enregistrement de « réinvention » et d’une « toute nouvelle ère » ouverte dans l’histoire de ce groupe phare du black metal.

Satyr (chant – au civil Sigurd Wongraven), sur qui a été diagnostiqué une tumeur cérébrale en 2015, déclare: « Concernant cette nouvelle publication, ce que j’ai toujours gardé à l’esprit [la concernant] se résume ainsi : soit c’est le début de quelque chose de nouveau, soit c’est mon dernier disque. Si ça doit être le dernier, alors il doit avoir quelque chose de spécial. Et s’il y a d’autres enregistrements, je ferais mieux de m’assurer que celui-ci soit si différent (…) qu’il doive être perçu comme un nouveau départ. Je pense que c’est vraiment, vraiment sombre, très spirituel et rempli de confiance et d’énergie. »

Deep calleth upon Deep est présenté par le discours promotionnel comme « une déclaration profonde sur l’essence de la musique de Satyricon et sur la valeur éternelle de l’art lui-même ».
Dixit Satyr : « La façon dont je le vois est que tout art, qu’il s’agisse de Satyricon ou de toute autre forme d’art ayant substance, prend à celui qui veut pouvoir le ressentir et le comprendre complètement. Si tout est là simplement après quelques écoutes, cela ne restera probablement pas en toi. » Et le titre de l’album fait référence à cette exigence, cette profondeur. « Si vous désirez participer à ce voyage, soyez prêts à creuser les recoins les plus sombres de votre âme en notre compagnie ».

Le batteur Kjetil-Vidar « Frost » Haraldstad s’est aussi exprimé à propos des nouveaux travaux, notamment au Jasta Show : « C’est un album sur lequel nous travaillons beaucoup et depuis longtemps (…). Je ressens personnellement que chaque chanson a sa vie, une identité très forte et unique. Comme pour [chacun de nos albums], c’est très, très diversifié, et cela est plus vrai que jamais », déclare-t-il. Et le batteur de souligner la cohésion de l’ensemble tout en soutenant le caractère de singularité de chaque titre, comparant leur diversité à celle des êtres. Selon Frost, l’approche plus variée de l’album homonyme de 2013 peut aujourd’hui être vue comme un état précurseur, musicalement, de la nature exploratoire du nouvel opus.
« Je réalise que les albums précédents nous ont ouvert beaucoup de portes », a-t-il déclaré. « Il y avait une raison pour laquelle nous avons choisi de nommer [l’avant dernier album Satyricon]. Fondamentalement, nous avons estimé qu’en quelque sorte Satyricon était est devenu un groupe très complet avec ce disque. Nous avons réussi à amener cet élément dynamique dans le groupe qui manquait un peu, et sentant que c’était là, c’était comme si nous avions tous les composants de base qui devraient constituer Satyricon. Les portes s’étant ouvertes avec cet album (…) [Deep calleth upon Deep] est le résultat d’une découverte et d’une recherche à travers l’exploration d’un territoire nouveau, fait nôtre. »

La couverture de Deep calleth upon Deep est un dessin obscur en date de de 1898, signé par un homme que le groupe considère comme « peut-être le plus grand artiste norvégien de tous les temps », à savoir Edvard Munch.

Une tournée européenne est programmée pour septembre / octobre, pour coïncider avec la sortie de l’album.

Photo : Marius Viken

Be Sociable, Share!