Robert Smith éclaircit l’horizon pour The Cure

02 Avr 14 Robert Smith éclaircit l’horizon pour The Cure

Robert Smith a senti passer le souffle du commentaire après ses propos « incertains » tenus sur les projets de Cure pour 2014, et notamment la sortie du prochain album. Il vient donc de publier un post éclairant la situation et retracer le passé récent du groupe coldwave / pop culte. Les enseignements à en tirer sont nombreux et promettent une période d’activité assez intense pour lui et ses colistiers.

Pour l’essentiel, il explique que le line-up de 2007 (composé de lui-même, du batteur Jason Cooper, du bassiste historique Simon Gallup et de son beau-frère le guitariste Porl Thompson) avait répété et enregistré pas moins de trente-trois titres, dans le but de coucher un format double album comprenant environ deux heures de musique.
Robert voyait alors treize morceaux sur chaque volume, la plupart incluant des textes et chants terminés… mais pas tous ! Pour certaines compositions, les paroles étaient prêtes mais le chant restait à mettre en place, versions que Robert nomme « instrumentaux avec des mots ».

Le tracklisting s’était construit pour l’ensemble de manière fluide, mais le choix des titres changeait au fur et à mesure de la progression des enregistrements. Le groupe avait programmé la sortie de quatre singles assorti de quatre faces B, et s’accordait une « marge d’erreur » d’environ trois titres. Mais tout ne s’est pas passé comme Robert le pensait (une fois de plus).
Alors que l’aboutissement du projet se profilait à l’horizon, les pressions extérieures (label, structures de presse) se sont accumulées dangereusement, et le leader a laissé filer sa conviction originelle – il plaide coupable – de défendre le format de « double album à instrumentaux ». En lieu et place de quoi Smith a compilé 4:13 Dream (à savoir un volume de treize titres comprenant paroles et chant terminés). C’est ce volume unique qui est finalement sorti en 2008, plus les quatre inédits accompagnant les quatre formats singles remixés.
Évidemment, compiler un volume CD simple a fait changer le projet de nature : la fluidité qui existait entre les ambiances d’origine, telle qu’imaginées au départ, s’est dissoute dans la version finale de l’album simple. En conséquence de quoi Robert affirme aujourd’hui que certaines des compositions qu’il préférait, plus lentes ou instrumentales, sont restées inachevées et donc, inédites.

En 2009, Porl Thompson a quitté The Cure et c’est la fin du line-up ayant accouché de toute la substance restant à ce jour en travail.
2011 : Roger O’Donnell réintègre le groupe et The Cure refonde sa performance live avce des claviers sur scène. Là, Robert éprouve l’envie de revisiter le fameux Live @ Paris 2008, concert vécu comme « phénoménal » par certains, filmé et enregistré mais pas encore sorti à ce jour. A cette époque, il commence aussi à réécouter les sessions de 4:13 Dream et l’expérience lui plaît, malgré le fait que certaines paroles restent en suspens. Robert démarre alors une phase d’écriture de textes pour les instrumentaux restants et posee des lignes de chant voire rechante sur certaines trames, se disant qu’il est temps d’aboutir le projet.

The Cure LIVE @ Pinkpop (avec Reeves Gabrels, à gauche)

The Cure LIVE @ Pinkpop (avec Reeves Gabrels, à gauche)

2012 : Reeves Gabrels intègre The Cure et une tournée mondiale suit. 2013 voit ensuite le groupe écumer les scènes de par le monde, Robert n’hésitant pas à dire que les performances live s’améliorent sur la période. 2014 : toujours quelques concerts mais le projet d’album est sur le point d’aboutir, et pas qu’un peu.
Sous trois mois devrait donc, enfin, sortir plusieurs formats pour The Cure – dixit Robert lui-même, qui promet les formats suivants :

– une édition limitée intitulée 4:26 Dream : format double-album comprenant vingt-six prises, toutes remixées, reprenant les sessions originelles mais dans le respect du premier concept, y compris les instrumentaux « avec des mots » (mais sans les voix, a priori) : une dizaine de titres seront totalement inédits sur cette version.

– une autre édition limitée, intitulée 4:14 Scream : format simple album comprenant quatorze titres inédits, même si certains d’entre eux pourront aussi se retrouver sur 4:26 Dream… à ceci près que toutes les structures bénéficieront de textes et d’un chant aboutis.

Au bilan: des trente-trois titres composés pour le projet d’origine, trente-deux verront finalement le jour. « Il en faut toujours un », dit Robert.

Ce dernier, enfin, confirme vouloir :
– d’abord en finir des projets en suspens : sortir les shows Live In Paris 2008, Reflexions 2011, Summercure 2012 et Latam 2013 (a minima).
– sortir ensuite de nouveaux titres avec le line-up en vigueur.

On a eu peur de s’ennuyer, mais cela ne semble pas devoir être le cas cette année.
Plus qu’à tenir les promesses, Robert.

Be Sociable, Share!