Paradise Lost : G. Mackintosh, à propos de The Plague within

02 Avr 15 Paradise Lost : G. Mackintosh, à propos de The Plague within

La formation culte du gothc metal s’aprête à sortir un nouvel album studio, dont se profile assez clairement la radicalité.

C’est le quatorzième chapitre studio (nous vous confirmons que le temps passe) pour le groupe britannique : The Plague within est prévu pour une sortie le 2 juin 2015 chez Century Media et devrait surprendre un certain nombre de fans. Le disque a été enregistré à Londres, aux studios Orgone (Ghost, Ulver, Cathedral…), avec le producteur Jaime Gomez Arellano. Et il semble que le groupe n’y soit pas allé de main morte.
La direction musicale de la chose, en effet, a fait l’objet de récentes précisions données par le guitariste historique Gregor Mackintosh, dans le cadre d’une entrevue au magazine anglais Total Guitar. Dixit lui-même : « Il peut être agréable de faire des albums aux formes attendues, dans un sens ; mais dans le cadre d’une carrière comme la nôtre, il est important aussi de fabriquer des choses où il est question d’essayer quelque chose d’autre. »

On se le rappelle bien : la dernière expérimentation radicale du groupe leur a plutôt causé tort, puisqu’elle résidait dans le sacrificiel Host. Leur disque le plus ouvertement pop, épuré et aux reliefs digitaux et clairs… mais aussi le plus mal travaillé et le plus mal reçu par la communauté des fans metal. Depuis, le groupe est revenu à des formes plus épaisses et saturées, et il ne semble pas que cela doive faire l’objet d’un changement à court terme. C’est plutôt dans les choix opérés que le groupe se durcit pour le cru 2015. Cette fois, Paradise Lost « réexpérimente » tout en restant dans le champ des musques metal. C’est un éventail : l’un des nouveau titres, « Flesh from Bone », est annoncé par Greg comme le plus « up-tempo » jamais accouché par Paradise Lost, tandis que « Beneath broken Earth » s’imposera comme le plus lent de tous.

The Plague within peut être (a priori) attendu comme un disque dur et qui conjuguera les extrêmes… et le retour du growl semble y être programmé. Greg confirme en tout cas la présence sur l’album d’éléments liés au… death metal (oui,vous avez bien lu), le groupe prenant une « voie différente ». A son sujet, le musicien espère qu’elle distinguera le groupe, ce dernier espérant ne « sonner [ici] comme aucun autre dans le metal » tout en en laissant le jugement à la communauté des auditeurs.

La couverture de The Plague within (ci-dessous) a été réalisée par l’architecte et artiste polonais Zbigniew M. Bielak, connu par ailleurs pour ses illustrations pour Watain, Ghost et Entombed AD.

paradise-lost_plague

Be Sociable, Share!