Obsküre Magazine [2010-2016] : R.I.P.

14 Sep 16 Obsküre Magazine [2010-2016] : R.I.P.

Obsküre Magazine, version papier, n’est plus. Rideau.

Après six années de joie partagées par une équipe soudée et un éditeur motivé comme peu (latitude laissée de tout temps à notre corédaction en chef – merci pour toujours à Edicide), années concentrées sur le plaisir plus que les difficultés inhérentes à l’exercice, un chapitre se referme.

Nous aurions aimé continuer, sachez-le. Nous l’aurions fait, autant pour nous que pour tous nos lecteurs, auxquels nous pensons aujourd’hui plus que tout.
Mais le périodique papier, pour un média de niche francophone comme Obsküre, consacré à des micro-scènes vivaces mais plus confidentielles que dans les 90’s et le début des années 2000, est un support devenu difficile à diffuser et à faire vivre. Au fil du temps, et malgré la fidélité de ce lectorat que nous n’aurons de cesse de remercier, fabriquer le journal et surtout, trouver l’argent pour le faire, nous est devenu de plus en plus difficile, matériellement et économiquement. Une seule vérité peut être dite à propos des deux dernières années : chaque numéro du magazine nouvellement parvenu entre vos mains a correspondu à un petit miracle, un sacrifice parfois.

Il n’y a jamais de bon moment pour arrêter un projet comme celui-ci. Cette rentrée 2016 est palpitante et notre version papier l’attendait de pied ferme, sans doute autant que ses lecteurs. Mais nous sommes aussi obligés de faire face au contexte et à des réalités bassement matérielles : les habitudes de lecture évoluent, l’argent est un nerf important de la guerre et l’humain, face à tout cela, ne peut pas tout. Gageons que cette énergie jetée dans la bataille par l’équipe jusqu’à ces tout derniers mois, se propagera ici même ou ailleurs, à d’autres niveaux. L’énergie circule éternellement.

Merci à cette équipe qui a tout donné et salut amical aux labels partenaires et chargés de promotion presse avec lesquels nous avons conforté un relationnel démarré en 2000 avec la naissance de www.obskure.com.
Merci enfin et infiniment à tous les lecteurs, abonnés ou non à cette revue qui a représenté un moment fort et sans doute unique dans nos vies d’activistes indie.
Pour l’heure, rendez-vous sur notre cher www.obskuremag.net pour une autre étape en mode virtuel seul, et des lendemains à définir.

Restez curieux, réinventez vos vies.

Nicolas Pingnelain / Emmanuel Hennequin

Be Sociable, Share!