Liars : WIXIW, le 4 juin

03 Avr 12 Liars : WIXIW, le 4 juin

Déjà, il y a un trailer et il est ici. Regardez…

Ensuite il y a un single, « N°1 Against The Rush », qui sort le 28 mai et qui est en écoute sur un certain Facebook.

Enfin, il y a un communiqué de presse qui dit tout, alors on n’inventera rien. C’est ci-dessous.

Angus Andrew, Aaron Hemphill et Julian Gross – révèlent davantage de détails sur leur très attendu prochain album. Intitulé WIXIW, (prononcer « wish you » qu’on pourrait traduire par « je te souhaite » en français), ce nouvel album de onze titres sera précédé du single « N°1 against the Rush le 28 mai »

WIXIW, sixième album du groupe, paraîtra chez Mute / Naïve le 4 juin 2012 et fait suite à l’acclamé Sisterworld (2010, Quietus Album of the Year; #9 du NME’s Albums of the Year « …). Liars seront de retour en juin pour une tournée européenne, qui passera par Paris le 7 juin au Nouveau Casino.

Le choix du titre, WIXIW, est expliqué par Angus Andrew : « l’expression wish you, en anglais, exprime un sentiment familier et universel de désir et d’espoir, mais lorsqu’elle est mal orthographiée, elle devient obscure et difficile à interpréter – ce qui, par bien des aspects, est représentatif de notre musique et des chansons que nous avons écrites pour cet album ». Il poursuit : « le fait que WIXIW soit un palindrome nous a plu, mais vient aussi d’une démarche superstitieuse – superstition liée au doute et à l’incertitude extrême qui nous entoure. Le mot et son orthographe nous ont marqués aussi, parce qu’il semble s’en dégager une qualité voire un pouvoir particulier ».

Enregistré à Los Angeles, auto-produit par Liars avec une réalisation additionnelle de Daniel Miller (fondateur de Mute Records) et mixé par Tom Biller, l’album est inébranlable, difficile à cerner, il est même quasi-impossible de se l’ôter de la tête dès la première écoute. Et pourtant, c’est la plus accessible et la plus stimulante des œuvres de nos iconoclastes : à la fois un résumé de leur production discographique jusqu’à maintenant, et à la fois une rupture totale avec tout ce qu’on avait entendu d’eux jusqu’à présent.
« Si le trouble n’est pas créé, c’est que ce n’est pas de nous ! » s’esclaffe Andrew. « A vrai dire, si nous ne surprenons plus nous-mêmes dans ce que nous faisons, c’est qu’on a échoué ».

Be Sociable, Share!