X Marks The Pedwalk – Secrets

10 Avr 17 X Marks The Pedwalk – Secrets

C’est difficile de vieillir dans une autre culture… X Marks The Pedwalk est un groupe daté de ce côté du Rhin, coupable de bons hits dancefloor au moment où la darkwave battait son plein, que la future pop décollait, que les remixes de Clan Of Xymox ou Depeche Mode ne suffisaient plus pour éreinter les pistes des boîtes de nuit de corbeaux devenus fêtards sur fond de boum-boum électronique décomplexé.

Autre temps, délicieux pour les innovations dans la musique synthétique, pour les looks futuristes, pour le pas de côté face à la noirceur des années 80. Lucratif et vivifiant pour les vendeurs de logiciels et les créateurs de sons. L’aspect immédiat de ces musiques a su capter un auditoire vaste comme l’Europe (les premiers Wave Gotik Treffen !), aux ramifications américaines post-industrielles (puisque nous n’avons jamais eu la même définition de ce genre avec nos cousins Américains).

Bref, le groupe de Sevren Ni-Arb fut un étalon du genre, se ramifiant en de multiples sous-projets.

Aujourd’hui, la France a perdu une grande partie (la majeure ?) de son public goth de club, pas l’Allemagne. Plusieurs des titres ici sont donc clairement tournés vers un public qui existe (mais pas ici) et qui attend son lot de tubes, disons-le, nettement bas de gamme. « Secrets », « Sacred » (malgré son break inspiré) sont à frémir de rage quand on songe à ce que le groupe a pu donner par le passé, quand on songe aussi que Bel Canto avait fait les frais des ayatollah du dark au moment de Shimmering warm and bright (1992) alors que le niveau de ce disque bigarré et chatoyant était bien plus fouillé que ces deux vilaines compositions.

Heureusement, dans ce registre club, ce sont les seuls vrais faux pas du disque. « Masterpiece » n’est pas notre tasse de thé, mais le sens mélodique est là et tient le morceau, « One Time » et « Photomatique » (belle EBM allégée) sont en lien direct avec le revival synth-pop exigeant, défendu chez nous par BOREDOMproduct (notamment Celluloide). Ces titres sont travaillés et gardent un lien formel explicite avec l’esthétique dark. « Ghost », enfin, est certes très produit, calibré pour devenir la B.O. d’une série vampirique hollywoodienne sans honte aucune, mais il fonctionne et ce qui ajoute également au charme d’un tel titre de manège, c’est le décalage entre une musique très (très) joueuse et des paroles bien sombres…

Revenons maintenant sur les réussites réelles de ce disque, ces titres qui fonctionnent à la fois dans l’intention et dans la forme et qui font que X Marks The Pedwalk demeure un groupe recommandable. « Breathe » expose sur une mélodie simplissime la beauté de la voix d’Estefania. « Prisoner » lorgne sans complexe vers un Depeche Mode fin 80 et « Crankmachine », instrumental qui clôt ce Secrets, se fait mélancolique et rythmé, juste retour aux ambiances brumeuses en rose et gris que nous aimons tant. Un tri s’impose, facile à effectuer.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :



01. Masterpiece

02. Secrets

03. Ghost

04. Sacred

05. Photomatique

06. Breathe

07. Prisoner

08. One Time

09. Crankmachine

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 55%

Site du groupe / MySpace :

www.x-mtp.com

www.facebook.com/xmarksthepedwalk

Be Sociable, Share!