Witchcurse – Heavy Metal Poison

02 Juin 11 Witchcurse – Heavy Metal Poison

Je l’avoue de suite, j’ai toujours eu un penchant pour les belles parties de twin guitares parfaitement exécutées. Nos jeunes Grecs de WitchCurse doivent se douter que je ne suis pas la seule dans ce cas et passée une intro à l’orgue Osbournienne, c’est toutes guitares en avant que débute le long morceau éponyme nous rappelant aux bon souvenirs d’un « Ides of march/Wratchild » d’Iron Maiden.

Qu’il est bon de retrouver ce doux son rétro et plein de chaleur de deux guitares jouant à l’unisson. Malgré son côté amateur dû à une production plus que limite où la batterie semble en carton ainsi qu’à un chant, certes, vindicatif mais pas toujours très juste, Witchcurse arrive à nous captiver par son côté chevaleresque et ses duels de guitares omniprésents.

Soyons clairs, il faut vraiment apprécier les deux premiers scuds de la vierge de fer, les vieux Raven et autres Tokio Blade pour supporter « Heavy Matal Poison », premier scud en titre de Witchcurse tant la production est indigne de la prestation des deux gratteux Necro et Stinky. Mais lorsque la nostalgie de cette époque révolue est de la partie, il n’est pas nécessaire de se forcer longtemps pour se laisser prendre au jeu d’un Heavy direct et tranchant.

C’est également le cas du speedé « Drinkers from hell » qui s’il ne brille pas par sa justesse compense amplement par sa générosité et son impact festif , sincère. « Hard rockin’ man in 2010 » avec son petit côté Rock, ravira également les tympans des puristes amateurs des combos primaires fondateurs de la NWHBHM du début des années 80.

Nettement moins épique mais toujours mené par ces duels de guitares délicieux, « Pay the price » passe gentiment. C’est également le cas de « Red Light » même si il fautavouer que le refrain de ce titre est tout bonnement insupportable. Possessed manie bien mieux le manche de sa basse que ses cordes vocales et sans vouloir faire injure au groupe, il serait vraiment de bon ton pour ce dernier de se chercher un vrai chanteur s’il veut un jour prétendre titiller nos compatriotes de Hurlement ou Lonewolf…

Le summum restant le refrain de « Demolition Derby », quand il surgit on est de suite partagé entre deux sentiments : pouffer de rire ou jeter violemment le CD par la fenêtre tant les lignes de chant sonnent faux.

Tout un paradoxe au regard de la chaleur et la sincérité dégagé globalement par les guitares dont je ne cesse de me régaler.

Quand les refrains sont acceptables comme celui d « Overcome the distance » ce sont les couplets qui ne suivent plus. On en viendrait presque à souhaiter que WitchCurse se mue en combo instrumental.

Avec un vrai chanteur et un enregistrement plus professionnel, Witchcurse aurait de sacrés arguments à faire valoir mais pour l’instant seules les guitares résonnent du plus profond de la cave où son enterré nos jeunes Grecs, c’est bien dommage !

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
1. Witchcurse

2. Pay the price

3. I don’t want to grow up

4. Red light

5. Heavy metal kamikaze

6. Demolition derby

7. Drinkers from hell

8. Overcome the distance

9. Hard rockin’ man in 2010

10. Rock unite

11. Heavy metal poison

Be Sociable, Share!























Tweet

Site du groupe / MySpace :

www.myspace.com/witchcurse6669

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse