V/A – Visions Of Darkness In Iranian Contemporary Music

24 Nov 17 V/A – Visions Of Darkness In Iranian Contemporary Music

De l’Iran, les cultures populaires occidentales gardent une vision fantasmée, dans laquelle se glisse une crainte.
Quelque chose se tapit dans l’ombre à l’évocation de la République Islamique, sans doute parce que notre projection se réduit à quelques figures emblématiques du régime et à une tension avec elle d’ordre culturel, religieux, éventuellement diplomatique – ou encore, une ancienne peur nucléaire.
Nous connaissons mal l’Iran finalement. Nous ne connaissons presque aucun de ses 83 millions d’habitants et imaginons bien des choses à propos de cet ensemble à la culture complexe – mais pas vraiment la chose qui se produit sur cette double compilation que Cold Spring a fort heureusement pris la responsabilité de publier : il existe une scène ambient, drone et contemporaine au pays du Guide suprême Ali Khamenei. Et quelles que soient les difficultés pouvant éventuellement freiner son expression, la voici qui étale spasmes, profondeurs et langueurs sur ce profond format double-album mis à disposition, aujourd’hui, des publics d’Europe.

Visions Of Darkness In Iranian Contemporary Music est aussi l’occasion de découvrir une communauté de savoir-faire et de paysages avec les scènes ambient européennes. Les procédés musicaux à l’œuvre ici ressemblent à ce que nous connaissions des scènes européennes : sens de l’abstraction, fréquences basses abyssales (Nyetalllz avec « Daeva »), nappes en suspension (Anunnaki Signal avec « Father »). Certains développements s’avèrent réellement fascinants (Alphaxone avec « A Dystopia », mais aussi et surtout S.S.M.P. avec « The blue Chasm »).
Et Cold Spring de jouer à plein son rôle de label défricheur au gré de cette grosse vingtaine de sculptures. car c’est là faire œuvre d’ambition et de conviction. Il n’y aura donc pas eu, heureusement, « que » Cold Meat Industry : des volontés demeurent en ce monde de perpétuer une forme de tradition en musique, fût-elle extérieure aux scènes que les labels phares (CMI donc, Cold Spring assurément mais aussi Cyclic Law) ont jusqu’à présent entretenues avec soin.

Et nous en sommes là, face à cette porte qui s’ouvre : un élan cinématographique, des ambiances de nuit (Poo Yar avec « Buried Alive ») une cure de jouvence et, enfin et surtout, de bien beaux artistes.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 78%

Site du groupe / MySpace :
Be Sociable, Share!