Unisonic – Unisonic

08 Juin 12 Unisonic – Unisonic

Nombreux sont ceux espérant désespérément un retour du grand Mickael Kiske au sein d’Helloween tant il est diffiicle d’oublier ses prestations magistrales et ses envolées lyriques. Or  on le sait, Mickael déclare depuis des années qu’il ne veut plus faire de heavy métal, c’est donc peine perdue. Et pourtant, Dennis Ward, l’ex Pink Cream 69 et producteur de renom a déjà réussi à lui redonner goût à la musique rock, via Place Vandome. Aujourd’hui même, il pousse le bouchon encore plus loin avec ce nouveau combo Unisonic. Doté de  la section rythmique de Place Vandome , Mandy Meyer, le guitariste de Krokus, on retrouve avec joie le « grand » Kai Hansen en personne à la guitare. Le duo magique des Keepers of the seven keys enfin reconstitué, il n’en fallait pas plus pour titiller ma curiosité.  La première composition, simplement intitulée « Unisonic » donne le sourire aux lèvres. Sans être exceptionnelle, on se retrouve à nouveau  face  à un Mickael Kiske  qui pose ses cordes vocales sur du métal speedé waouuu cela fait un bien fou. Un titre direct et efficace plus dans l’esprit de Gamma Ray que celui d’Helloween d’ailleurs. « Souls Alive » que nombreux connaissent déjà, via la démo  disponible depuis le début de l’aventure Unisonic, lui emboîte le pas, plus mid tempo mais d’excellente facture, on y découvre une facette nettement plus travaillée et mélodique que sur la composition éponyme même si l’on reste dans la sphère métal.

Les choses se gâtent malheureusement ensuite car si l’on espérait un virage Helloweenien . « Never too late » fait certes songer un peu à la bande à Mickael Weikath, mais pas à la meilleure période du groupe renouant davantage avec un trip rock période Chameleon ou Pink Bubbles go Ape les derniers albums d’Helloween avec Mickael Kiske mais sans Kai Hansen… D’ailleurs, Mickael essayait un peu de monter dans les aigus sur les deux premiers titres, ses tentatives se font de plus en plus rare au fil des minutes. Un choix qui certes lui appartient mais qui ne peut que décevoir quand on connaît la pureté et la puissance vocale dont il est naturellement doté, le paradoxe se renforçant encore lors de l’écoute des titres joués en live par Unisonic. Les compositions s’enchaînent et la désillusion prend le pas sur l’enthousiasme du départ. Non pas que les compositions soient mauvaises, loin de là, mais plus les minutes s’égrainent et plus on a l’impression d’écouter le successeur de Place Vendôme en légèrement plus remuant ici ou là soit mais pas très heavy speedé dans le fond. Ce n’est vraiment pas ce que l’on attendait du célèbre duo Hansen/Kiske reconstitué, d’autant que le mini album Ignition qui proposait trois titres en avant-première de l’album, laissait augurer quelque chose de plus heavy métallique, une approche trompeuse car ce n’est point le cas du reste de ce premier essai d’Unisonic. De belles retrouvailles c’est évident mais une petite déception tout de même…

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
1. Unisonic 2. Souls Alive 3. Never Too Late 4. I’ve Tried 5. Star Rider 6. Never Change Me 7. Renegade 8. My Sanctuary 9. King for a Day 10. We Rise 11. No One Ever Sees Me   Bonustrack (Limited Edition) 12. Over the Rainbow 13. The Morning After

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 69%

Site du groupe / MySpace :

http://www.unisonic.de http://www.myspace.com/unisonic

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse