Ulan Bator – Abracadabra

23 Fév 16 Ulan Bator – Abracadabra

Une introduction sourde lance les nouvelles mesures de cet opus magique. Rock dense et noir, adepte des transes intellectualisées, des liens tissés entre divers étoffes, Amaury Cambuzat – qu’on avait quitté avec The Sorcerer, canevas plus suggestif qu’affirmé – revient avec un matériau bien plus percutant.
Les morceaux sonnent, alternant passages épiques et brusques ralentissements dans lesquels la voix se fait narration. La paire « Longues Distances – Coeurrida » installe ainsi une mise en danger magnifique. Les harmoniques se disputent avec des éléments plus bruitistes, cris sourds, guitares répétées. On a là, une noise mature, efficace, belle et étrange, capable de puiser dans toutes les boîtes à malice : c’est le rythme trépidant de « Saint Mars », enchaîné avec le redoutable « Evra Kedebra », c’est encore la répétition quasi krautrock de « Radiant Utopia » et ses claviers élégiaques sur fond de dissonances acidulées, c’est enfin la délicate introspection du final « Protection » et ses percussions superbement mixées (Douglas Henderson).
Je n’avais pas suivi ce que la nouvelle formation d’Ulan Bator avait livré en 2013, avec En France / En Transe. C’est donc avec un grand plaisir que je découvre qu’Amaury s’est de nouveau entouré d’un groupe. Géométrie variable, Diego, Nathalie et Luca ont cédé la place à James Johnston (Gallon Drunk, Big Sexy Noise, déjà présent sur Tohu-Bohu et dans le Faust post-2004 avec Amaury) et Giordano Ceccotti (ensemble Laus Veris) et sur scène, d’autres défendront ces titres. Pourtant, la musique sonne : batterie, clavier et bruitages éthérés épousent la voix distante d’Amaury (« Ether », le bien-nommé), prennent la juste mesure pour ne pas tomber dans le démonstratif, plaçant au bon endroit les effets lumineux (« Avra Kedebra », encore, pas étonnant de la part du luthier Giordano, par ailleurs fan du Sisters de Sonic Youth). Le disque avançant, on découvre avec plaisir les éléments mis en avant : la guitare rugueuse de « Golden Dawn », pépite de hargne contenue, morceau de choix pour les concerts à venir. Ulan Bator se fait plaisir, confiant dans sa nouvelle tenue, à cœur ouvert. Un cadeau du bout des doigts, une offrande aux dieux de l’obscur.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. Chaos

02. Longues Distances

03. Coeurrida

04. Ether

05. Saint Mars

06. Evra Kedebra

07. Holy Wood

08. Radiant Utopia

09. Golden Down

10. Protection

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 82%

Site du groupe / MySpace :

http://www.ulanbator.biz/

https://ulanbatorband.bandcamp.com/

Be Sociable, Share!