Tweedy – Sukierae

14 Déc 14 Tweedy – Sukierae

Même si le disque démarre fort avec des guitares bien nerveuses et des cordes viciées dans le fond, l’ensemble s’écoutera distraitement. C’est un disque solo, mais familial : Jeff Tweedy, fondateur du groupe Wilco (après le split d’Uncle Tupelo) a monté ce disque à la maison. Son fils Spencer l’a assisté dès le départ. Il faut dire que Spencer a joué avec Mavis Staples (que le papa a produit) ou White Denim et qu’il fait partie de The Blisters. C’est un bon batteur qui apporte là une touche précieuse (« Diamond Light Pt.1 »). C’est un disque familial, mais aussi collectif. La composition est partagée avec les copains de Lucius (Jess Wolfe et Holly Laessing) et les chœurs fantomatiques de « Nobody dies anymore » sont d’un effet troublant. C’est bien enregistré avec un jeu de spatialisation des sons (le solo de « High as Hello ») et un son rêche, même sur les morceaux les plus languides. Les Tweedy n’hésitent pas non plus à tenter une esthétique de la vision brumeuse (« Slow Love »), mais on préfère quand ça sature, notamment sur « World away » et son folk de backyard à la Beck ou sur le très rock’n’roll « I’ll sing it ». Une tripotée de titres se passent cependant de la batterie pour privilégier la tendresse (« Pigeons », « Honey combed », « I’ll never know »). Les morceaux sont souvent en deux ou trois parties bien distinctes, montrant une inventivité réelle en plus du savoir-faire déployé. L’ennui, c’est que la voix de Jeff Tweedy est honnête mais sans singularité. Du coup, cette collection de titres propose une ambiance feutrée terriblement conventionnelle. Pas exactement ce que nous admirons.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 65%

Site du groupe / MySpace :

http://wilcoworld.net/#!/

Be Sociable, Share!