Tom Drury – La contrée immobile

03 Nov 12 Tom Drury – La contrée immobile

Toute première traduction française de cet auteur dont l’œuvre a tout de même débuté en 1994 avec le roman The End of Vandalism (dont la sortie française est prévue pour 2013), les éditions Cambourakis ont eu la bonne idée de confier la tâche à Nicolas Richard (Thomas Pynchon, Harry Crews, Hunter S. Thompson, Joe R. Lansdale, Nick Cave, etc.) qui était sûrement le plus à même de savoir rendre l’énergie des dialogues de Tom Drury dans notre propre langue. Car, au-delà de l’histoire qui nous est contée, l’Américain s’impose comme un grand stylisticien qui parvient à nous plonger dans un univers très singulier juste par le biais de sa plume.
L’histoire se déroule en plein Midwest, dans un petit patelin nommé Shale en Iowa. Pierre Hunter est barman au Valet de Carreau. Il a la vingtaine, aime les tours de magie et a le don d’attirer la mouise. L’auteur commence par nous raconter des petits événements et des séquences du quotidien de Pierre, notamment quand ce dernier remplace le batteur du groupe Cabron Family pour interpréter « In Heaven there is no Beer » (qu’on pourrait fredonner sur la mélodie de « In Heaven » dans Eraserhead de David Lynch) ou quand il se trompe de soirée et atterrit en Réhabilitation Accélérée, ou bien encore quand il suit les cours d’autodéfense de Geoff Lollard nommés « Frapper, Détourner, Marginaliser ». Un évènement va, cela dit, chambouler son quotidien : sa rencontre avec la secrète et mystérieuse Stella Rosmarin qui le sauve d’une noyade dans le lac glacé. Le récit va ensuite prendre une tournure plus en accord avec le roman noir quand, lors d’un périple en auto-stop, Pierre dérobe le magot d’un criminel. Il va ensuite être traqué par Shane Hall, un psychopathe qui pourrait sortir tout droit d’un film des frères Coen.

C’est plus dans sa peinture de la vie des habitants de Shale que dans le cadre du thriller que Drury révèle son talent. Entre noirceur et fantaisie, atmosphère décalée et imagerie cinématographique, La contrée immobile pourrait presque s’apparenter à un Twin Peaks version Iowa. Le titre lui-même, au-delà du fait de faire référence à une anomalie géographique, retranscrit bien ces sentiments de permanence et d’ennui, dans lesquels les personnages se perdent, à la dérive. Mêlant humour et poésie noire, le récit ne cherche pas le réalisme sans être véritablement fantastique non plus. Jouant des genres et des clins d’œil (le policier du coin se nomme Telegram Sam !), Drury évoque un univers intriguant et jubilatoire fait de vagabonds, de losers, de criminels, de vendeurs de drogue et de femmes spectrales, qui peuvent tous se retrouver lors d’une cérémonie grotesque et typiquement américaine où l’on célèbre un cambriolage raté des années 30. Bref, Drury est une très sympathique découverte et on attend avec impatience de lire le reste pour avoir une vision plus globale de son travail.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 80%

Site du groupe / MySpace :

http://www.cambourakis.com/

Be Sociable, Share!