The Pop Group – Honeymoon on Mars

01 Nov 16 The Pop Group – Honeymoon on Mars

Le projet post-punk de Bristol The Pop Group avait été très influent à la fin des années 1970 de par leur mélange unique de rage noise, de dub, de free jazz, de funk, de punk et d’avant-garde, tout cela autour de la voix incontrôlable de Mark Stewart. Le premier album, Y, avait fait l’effet d’une bombe quand il est paru en 1979, ainsi que leur tube « We Are All Prostitutes ». Après un second LP en 1980, For How Much Longer Do We Tolerate Mass Murder ?, le groupe splitte en 1981 pour ne revenir qu’en 2010 pour quelques rares concerts. Le disque du retour, Citizen Zombie, au début de l’année 2015, avait été une très bonne surprise, l’énergie et la folie étant toujours là, tout en bénéficiant d’une production très moderne et de première qualité. Honeymoon on Mars continue dans la lignée et se veut comme une sorte de trip halluciné, des « berceuses de science fiction » comme le formule Mark Stewart, ce qu’il ne manque pas d’être. Le groupe s’est, pour le coup, entouré de Dennis Bovell à la production, génie du dub, qui avait travaillé sur leur premier album, et Hank Shocklee (Public Enemy). Ensemble, ils ont créé un édifice sonore complexe, mêlant mélodies accessibles et déconstruction avant-gardiste.

Dès « Instant Halo », on comprend que l’électronique va jouer un rôle important ici. La voix est aussi investie que jamais : « Help me please, I’m going on a desperate journey ». Le ton est donné. Sombre et décalé à la fois. Rythmes syncopés, bruitages divers, guitares qui crissent, samples venant de tous les côtés, collages… Les sons arrivent de partout et les idées fusent. La basse retrouve son groove dub. On est parti pour un périple d’une richesse sonore étourdissante. Des déhanchements funky de « City of Eyes » à l’electro de nightclub un peu cinglée de « Zipperface » où la voix évoque tant Pere Ubu, les ambiances sont variées et souvent extravagantes : chœurs féminins et sentiments d’étrangeté sur « Michael 13 », touches dystopiques et menaçantes accentuées sur le funk industriel de « War Inc » (« This is a warning… WAR ! »), vocalises entêtantes sur « Pure Ones », dub strident sur « Days Like These », funk maniaque sur « Heaven? »…

Honeymoon on Mars se révèle un pur travail de studio, impossible à reproduire sur scène, regorgeant de trouvailles et d’idées. Qu’en est-il des morceaux en eux-mêmes? Difficile de dire s’ils resteront, mais The Pop Group reste avant tout un état d’esprit toujours très pertinent aujourd’hui. Exercice de style thématique parfois déstabilisant, le disque peut néanmoins laisser un goût d’inachevé en fin de parcours. Peut-être qu’il y manque des morceaux assez forts pour atteindre le sentiment de complétude? Peut-être que cette production impressionnante a pris le pas sur les chansons elles-mêmes? Peut-être tout simplement que « Burn Your Flag » est une chanson trop faible pour avoir été mise en fin d’album? Nous adopterons cette dernière option pour le moment mais cela n’empêche qu’il y a quelque chose qui manque à ce disque… Peut-être qu’au bout de plusieurs écoutes, nous trouverons la réponse.

http://www.freaksrus.net/

honeymoon-on-mars-cover-packshot

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. Instant Halo

02. City Of Eyes

03. Michael 13

04. War Inc.

05. Pure Ones

06. Little Town

07. Days Like These

08. Zipperface

09. Heaven?

10. Burn Your Flag

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 75%

Site du groupe / MySpace :

http://www.freaksrus.net/

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse