The Judge Band – The Judge Band

30 Mai 11 The Judge Band – The Judge Band

Sorti de nul part ou plutôt si, du fin fond des Etats Unis, The Judge Band débarque discrètement avec son premier album éponyme.

Difficile d’obtenir plus d’info, tant le livret s’avère sommaire, le groupe ayant, oh sacrilège ultime, boudé les communications sur le net.

La seule chose dont je suis sure, c’est que The Judge Band est le bébé du guitariste et chanteur Tim Shanks… rien de plus.

J’ai d’abord cru à un album instrumental au vu de la pochette mais finalement il n’en est rien puisque ces dix compositions fleurent bons le blues, le rock, le métal, de la vraie musique jouée avec les tripes.

On se retrouve tour à tour téléporté dans l’univers d’Aerosmith, de ZZ Top, d’AC/DC ou encore de Guns n’ Roses avec un plaisir que j’ai du mal à contenir.

Tim n’invente rien mais remet au jour la musique de ces monuments métalliques avec talent, sobrement sans en faire des tonnes bien aidé il faut l’avouer par une voix rauque et chaude pleine de personnalité.

Parfait contre-pied voire pied de nez à la coutume, le scud démarre plutôt sobrement avec « Better Man », une power ballade à la sauce Guns N’ Roses/ Bon Jovi ponctuée d’un accent bluesy des plus agréable.

« Goodbye », piano en bonus lui emboîte le pas, plus soft encore, à la manière des ballades des Quireboys, Tim illuminant le morceau d’un vibrant solo.

« William’s song » utilise un peu la même recette mais sonne bien plus contemporain, moins blues et plus rentre dedans. L’album décolle alors enfin, le tempo s’accélère « The judge » et son riff à la « Back in Black » nous surprend par son aspect direct, que c’est bon.

Le sombre et lourd « PA 2001 » quasi hypnotique nous dévoile une autre facette jusqu’ici insoupçonnée de The Judge Band.

Quant à « Roxy » le morceau rappelle au bon souvenir d’un certain cultissime « Appetite for Destruction », l’ombre de Slash n’étant jamais loin derrière chacun des solos de Tim Shanks. « Take me back » qui porte bien son nom, nous fera voyager encore plus loin aux racines blues du hard rock selon Led Zeppelin, l’ombre de « You shock me » planant sur le morceau.

On retourne vers l’univers de la bande à Axl Rose matinée d’une dose de Motley Crue avec le bien nommé « Suck » collant parfaitement à la personnalité de ces deux combos.

 

Un album plein de surprise, qui démarre bizarrement, sobrement pour mieux laisser échapper, que dis je exploser toute son énergie ensuite. Il se clos par le fameux titre « Amazing Grace » , passé à la moulinette heavy grassouillet, limite doomesque à la manière de Twisted Sister sur ses fameux chants de Noël.

Excellent. Une bien bonne et agréable surprise que ce petit album sans prétention venu d’outre Atlantique pour nous rappeler que le Hard Rock n’est pas mort !

 

 

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01 Better Man

02 Goodbye

03 William’s Song

04 The Judge

05 PA 2001

06 Roxy

07 Rhino

08 Take me Back

09 Suck

10 Amazing Grace

 

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 83%

Site du groupe / MySpace :
Be Sociable, Share!

Laisser une réponse