Sodom – In War and Pieces

02 Déc 10 Sodom – In War and Pieces

Qu’il est loin le Thrash primaire, presque bestial que pratiquait Sodom dans les années 80. Comparé à « In War and Pieces » la dernière production studio du combo teuton « The final Sign of Evil », une réédition de leur premier EP, n’a d’ailleurs plus aucun sens tant l’approche est radicalement différente.

Le Sodom du second millénaire est avant tout une machine de guerre sombre et implacable. « M16 » et l’album éponyme « Sodom » avaient dévoilé un groupe plus mature et posé, privilégiant l’efficacité des mid tempo à la folie rythmique, « In war and Pieces » pousse le bouchon encore un peu plus loin. Un riff primaire proche du « Roots, Bloody Roots » de Sepultura dépourvu de son aspect tribal nous signale d’entrée que Tom et sa bande ne sont pas là pour plaisanter.

Il se dégage une atmosphère très Slayerienne de cet efficace morceau d’ouverture. La façon de chanter vindicative de Tom y est pour beaucoup mais pas uniquement. La rythmique implacable et le solo de fin incisif , malsain est typiquement dans le style du jeu du barbu, Kerry King.

Le rapide « Hellfire » nous conforte d’ailleurs dans cette idée avec des réminiscences de « War Ensemble » du plus bel effet. Musicalement, le lineup actuel de Sodom, stable depuis la fin du siècle dernier, est le plus brillant. Il n’est sans doute pas étranger à la mutation progressive et constante du groupe allemand. Les guitares sont cinglantes et expressives, la batterie monstrueuse de précision, tout cela pousse mécaniquement Tom vers le haut; on est sans conteste surpris par le niveau atteint aujourd’hui par Sodom. Des parties de six cordes de toute beauté ponctuent ça et là des passages plus malsains ou échevelés, la machine est bien huilée… implacable.

« M16 » et « Sodom » avaient placé la barre très haut, avec « In War and Pieces », Sodom enfonce le clou. « God bless you » laisse pantois, des arpèges des débuts qui font songer à Metallica, un riff mid tempo magistral digne des meilleurs Slayer, des solos made in Bay Area, le tout habilement cuisiné à la sauce Angelripper, on en reste sans voix.

Les esprits chagrins remarqueront, à juste titre, une baisse d’agressivité au profit de la mélodie dans la seconde moitié du scud, mis à part le traditionnel titre en Allemand « Knarrenheinz » qui nous rappelle aux bons souvenirs d’entant.

Personnellement, j’applaudis des deux mains face à cette mélodicité nouvelle même si fan avant tout de Heavy traditionnel et de Thrash à la mode « Big Four », ma vision est peut être un peu altérée…

Sodom gagne en tous avec cet opus en esthétique musicale, ne perd pas en efficacité tout en conservant sa personnalité et son agressivité, sa musique n’en devient que plus poignante d’où ma conclusion « Respect messieurs… »

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. In War And Pieces

02. Hellfire

03. Through Toxic Veins

04. Nothing Counts More Than Blood

05. Storm Raging Up

06. Feigned Death Throes

07. Soul Contraband

08. God Bless You

09. The Art Of Killing Poetry

10. Knarrenheinz

11. Styptic Parasite

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 82%

Site du groupe / MySpace :

www.sodomized.info

www.myspace.com/sodom

Be Sociable, Share!

1 commentaire

  1. Très bonne chronique pour cet excellent album de Sodom, un des meilleurs de leur carrière tout simplement !

    Je rassure de suite la « chroniqueuse », n’étant pas un inconditionnel du thrash américain (tout en appréciant les classiques bien sûr) et grand amateur de bestialité teutonne oldschool, il mérite amplement son sésame et me fout la trique à chaque écoute depuis l’achat.

    Le cd bonus live au Wacken est également un sacré coup de rangers dans la tronche !

    C’est un album dont je ne me lasse pas, tout en restant très accessible et sans fioritures, équilibre parfait entre mélodies et agressivité. Le chant varie entre hurlements à la Araya (en mieux, mais c’est une question de goûts) et chant black/death pour mon plus grand bonheur. Comme si l’oncle Tom était atteint d’une maladie irréversible – ce que je n’espère pas – et tirait ses dernières cartouche, les plus puissantes et touchantes depuis un certain « Agent Orange » à mon avis.

Laisser une réponse