Sleep Research Facility – Stealth

06 Août 12 Sleep Research Facility – Stealth

Si vous êtes du genre à vous mettre de la musique pour vous endormir, Sleep Research Facility, comme son nom l’indique, pourrait être une bonne suggestion d’écoute. Basée essentiellement sur des drones aux textures assez riches et qui méritent une bonne sono et spatialisation, la musique ambient de l’écossais Kevin Doherty pourra sembler soporifique et ennuyeuse, vu que le but avoué est d’inciter la personne qui écoute à dormir, sans qu’elle soit perturbée par des sonorités agressives ou incongrues (on entend juste quelques communications radio sur ce disque). Le studio d’enregistrement s’appelle lui-même Somnambulab à Glasgow. Une musique qui s’entend plus qu’elle ne s’écoute, donc. Doherty cite d’ailleurs dans ses influences les appareillages mécaniques (le souffle d’un ventilateur, les moteurs de voiture que l’on entend au loin) mais aussi les ambiances de nature (le souffle du vent, le grondement du tonnerre, le reflux des vagues) ou encore les explorations du cosmos de certains films de science-fiction. Faisant suite à Nostromo (2001), Dead Weather Machine (2004) et Deep Frieze (2007), Stealth combine là encore tous ces éléments sur pas moins de deux CDs. Vous me direz, était-ce bien nécessaire vu que le but est de s’endormir avant la fin même du premier CD ? Je répondrai juste que la question est pertinente et que seul l’artiste pourrait nous donner la réponse. Je rajouterai aussi qu’à la base il n’y a qu’un CD constitué de cinq plages, et le second CD, Sources, est offert avec les 1000 première copies avec des versions pré-mixées et plus brutes du matériau originel (que je trouve plus intéressant au bout du compte, et plus inquiétant aussi).

Tous les sons ici présents, bien que largement retraités, proviennent de field recordings faits aux alentours d’une base d’aviation militaire et on ne peut nier la capacité de Doherty à nous plonger dans un environnement méditatif dès les premières minutes, inspirant la sensation d’un certain mystère. Jouant sur la perception et le silence, la musique de Sleep Research Facility doit être jouée à un volume très raisonnable, afin de pouvoir échapper parfois à l’attention, comme un frigo que l’on finit par ne plus entendre. Ce qui rend ce travail intéressant est avant tout son rapport au réel, aux sons qui nous environnent, mais dans une approche proprement liée à la musique ambient minimale. Étrangement, le sentiment d’une menace domine tout du long (en particulier sur le second disque), même si celle-ci ne se manifeste jamais vraiment. Du coup, on s’habitue, et l’attente se transforme peu à peu en léthargie. Hélas, il y a déjà beaucoup d’artistes qui explorent ces dimensions d’écoute, même si Stealth reste meilleur que tous les somnifères que vous pourrez avaler.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
CD1:

01 – Stealth1

02 – Stealth2

03 – Stealth3

04 – Stealth4

05 – Stealth5

 

CD2:

01 – Untitled

02 – Untitled

03 – Untitled

04 – Untitled

05 – Untitled

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 60%

Site du groupe / MySpace :

http://www.resonance-net.com/

Be Sociable, Share!