Sidilarsen – Dancefloor Bastards

22 Sep 16 Sidilarsen – Dancefloor Bastards

onne pour les arrêter ! Le nouvel album des Sidilarsen est sorti en fin de printemps, mais je souhaitais d’abord entendre et voir ce que les nouvelles compositions donnaient en concert avant de chroniquer le disque.

Sidilarsen déploie un son et une énergie qui trouvent leur totale envergure en concert, rejoignant par là leurs illustres aînés que sont dans deux registres complémentaires Mass Hysteria et Punish Yourself.

Live il y a eu, à l’occasion du Rock Estival de Loures Barousse (31) qui fêtait au choix ses douze ans d’organisation via l’association Dragon de Luxe ou ses trente ans d’implantation locale.

Et live il y aura le jeudi 13 octobre prochain au Metronum à Toulouse.

A Loures Barousse, Sidilarsen étaient les plus attendus du deuxième soir (partageant l’affiche avec les Dirty Fonzy, Charge 69 et Black Bomb A). Un public bigarré, du pré-ado aux vieux briscards, du punk à chien, du lycéen, du metalleux, du post-hippie apocalyptique, de la famille locale et du politisé.

D’ailleurs, le nouveau morceau de Sidilarsen, « Walls of Shame » trouvait une résonance forte avec la promotion de l’association Surfeistan qui donne des cours de surf aux enclavé.e.s de Gaza, du Liban, filles voilées et mecs prêts à en découdre face aux vagues.

Les parties vocales sont encore une fois taillées sur mesure pour varier les points de vue et insuffler sans cesse des impulsions à une musique électro-metal. Cette fois, la grande nouveauté du disque et sur laquelle le groupe se plaît à jouer, c’est ce concept de dancefloor bastards, c’est-à-dire de metalleux aptes à sortir les rythmiques et sonorités de la techno la plus badass possible (« Go fast », aux paroles lucides, responsables, rêveuses, surprenantes et avec une pointe de vocoder qui passe sans difficulté !, le déjà cité « Walls of Shame » qui sonne mieux sur scène). Aucune honte avec eux à vouloir bouger le popotin… Et le groupe se réapproprie avec humour l’étiquette « dance-metal » dont certains les avaient affublés quelques années en arrière.

Pour soutenir ce tournant rythmique, les guitares se font plus précises (« Sois mon Rêve », mur du son parfaitement discernable lors du spoken word final), avec un son de basse très en avant (« Frapper la terre ») et des déflagrations qui plairont aussi aux fans de Gojira (« Guerres à vendre », jamais Sidi n’aura sonné aussi violemment). Les claviers apportent leur densité ou leur légèreté selon la charge voulue, contrebalançant ou appuyant les objectifs (l’amuse-gueule synthétique sur « I feel fine » ouvre sur le ludique).

Les paroles prennent en charge les émotions les plus sensibles, là où sur les albums précédents des morceaux se chargeaient de cette facette en ralentissant le tempo. Excepté sur « le Jour médian », Sidilarsen garde l’énergie en ligne de mire et ce sont les textes qui suscitent désormais à eux seuls les interrogations, y compris dans un public rock qui a aujourd’hui du mal à écouter une prise de position entre deux morceaux. Sur scène, c’est le jeu avec le ciel de Didou, les courtes introspections spirituelles et les adresses au public qui permettent de lier efficacement cette dualité politique / fête. Réflexions sur les murs de la honte, sur les massacres partout dans le monde, sur les réfugiés qui fuient, sur ces religions qui oublient de relier tant elles sont incomprises et, plus personnel, sur la crise de la quarantaine (« Le Jour médian », chanté par Didou). Quelques incartades au français avec des couplets et / ou refrains en anglais, c’est sans doute le prix à payer pour s’internationaliser. On répétera quand même que Sidilarsen sait faire sonner le français sans anicroche, usant du slogan poétique.

On a ici un album fortement préparé, tant en terme de sons, que d’actualisation dans les paroles, réfléchi sans que cela obère ses qualités évidentes : un coup de gueule, et un coup de hanche en même temps. L’instinct et le travail.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :




01. Spread it

02. Dancefloor Bastards

03. Frapper la Terre

04. Go fast

05. Guerres à vendre

06. Le Jour médian

07. Walls of Shame

08. Méditerranée damnée

09. Religare

10. Sois mon Rêve

11. Au maximum

12. I feel fine

13. 1976

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 82%

Site du groupe / MySpace :

http://www.sidilarsen.fr/

Be Sociable, Share!