Secrets Of The Moon – Seven Bells

21 Mar 12 Secrets Of The Moon – Seven Bells

Entité au line-up variable selon les saisons et les albums, Secrets Of The Moon est l’exemple du groupe qu’on attend ou qu’on n’attend plus… certains ayant en effet abandonné le groupe allemand lors de leurs (courtes) pérégrinations stylistiques. Ayant évolué depuis l’excellent Antithesis vers une expression mutante résolument tournée vers le post-black metal, on s’était assez extasié sur Privilegivm sorti il y a trois ans. Un quatrième album au visuel inoubliable et qui constitue pour nous le plus poignant témoignage du groupe allemand : une copie rédigée avec une encre d’une noirceur absolue, exposant un style à la fois dense et envoûtant. Beau et impressionnant.

Et c’est en comparaison de cet opus magnum que la déception peut se justifier au gré des nombreuses écoutes de Seven Bells : album pas enthousiasmant pour un sou et qui peina à venir jusqu’à nous (on parlait déjà de sa sortie milieu de l’année 2011). Cette complexité incroyable, ces motifs diaboliques et cette proposition infinie d’ambiances qui magnifiaient Antithesis et Privilegivm… disparues, envolées comme par (dés)enchantement (« Gothead » : pauvre et usé ou comment provoquer la fuite de l’auditeur au bout du deuxième titre) ! Désormais bassiste, chanteur et guitariste par choix ou obligation (la bassiste française LSK n’a pas été conviée aux réjouissances), S.Golden ne réussit pas à réinjecter sur Seven Bells cette force d’inspiration aux nombreux coups d’éclat, ce fiel qui transformait la musique des Allemands en moments de bravoure. Pour autant, toutes intentions séductrices ne sont pas vaines : le retour des blast beats engendre un contraste rythmique salvateur (sans ceux-ci, l’écoute aurait été encore plus fastidieuse), le chant est toujours aussi imposant d’efficacité et quelques séquences nous rappellent brièvement qui ils sont (le très réussi « Blood into Wine », peut-être leur « For Whom the Bell Tolls »). Sombre et occulte, le mid-tempo de SOTM annihilant trouve une belle et puissante aération grâce à la production de la paire Tom Gabriel Fischer (Celtic Frost, Triptykon) / V. Santura (Triptykon)… la substance obtenue ne nous permet cependant pas de tournoyer de bonheur. En sept titres, rien ne nous convainc vraiment et ce, malgré des guests de premier choix : Schwadorf (The Vision Bleak, Empyrium), Kvohst (DHG) et Morten Gass (Bohren & der club of Gore). Même « Nyx », encourageant dans ses premières mesures, finit par nous ennuyer vilainement.

Et ces cloches chargées de symbolique ne changeront rien : elles donnent le ton à chaque morceau, justifient le « concept » mais sonnent tristement plates. Un coup pour rien ou pour pas grand-chose.

 

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. Seven Bells

02. Blood Into Wine

03. Goathead

04. Stillborn Icon

05. Worship

06. The Three Beggars (Satans Church)

07. Nyx

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 54%

Site du groupe / MySpace :

http://www.secretsofthemoon.org/

Be Sociable, Share!