Sébastien Raizer – Sagittarius. L’Alignement des Equinoxes, II

01 Juil 16 Sébastien Raizer – Sagittarius. L’Alignement des Equinoxes, II

Le premier volume de L’Alignement des Equinoxes avait planté le décor et affirmé un auteur. Ouvertement influencée par Philip K. Dick, William S. Burroughs et Yukio Mishima qu’il cite en épigraphe à chacune des trois parties de ce livre, l’écriture de Sébastien Raizer affiche ouvertement son inspiration et reprend l’esthétique cyber-polar et technologico-philosophique d’un Maurice G. Dantec, en y ajoutant parfois des petites touches à la Cronenberg. Plutôt de bonnes références, vous me direz. À cela rajoutez une bonne dose de musique, allant pour ce volume de Ministry à Nick Cave en passant par le post-rock de Nisennenmondai ou encore Coil, et vous obtenez tout un panel  de références, plutôt dark, qui font écho aux éditions que l’auteur dirige, Camion Blanc et surtout Camion Noir. N’oublions pas qu’il s’est fait connaître par un ouvrage sur Joy Division au début des années 1990. Mais l’auteur bien heureusement ne se contente pas de faire du name-dropping – bien que certaines pages le laisseraient croire -, il crée un monde qui lui est bel et bien personnel.

Je ne reviendrai pas sur le premier tome que nous avions chroniqué l’année dernière. Mais celui-ci, de par sa position médiane, perpétue un monde, le développe, mais reste frustrant car sa fonction est d’annoncer surtout le dernier opus de cette trilogie à paraître en 2017 : Minuit à contre-jour. Diane, l’Impératrice d’Or, élève redoutable de la Vipère, perpétue son œuvre, instaurant le chaos par le biais de la neurotoxine hallucinogène dont elle a volé les stocks. Des vidéos circulent sur le deep web. Des gens font l’amour avec des pieuvres invisibles, d’autres se livrent à de l’auto-cannibalisme. La drogue fait régresser les sujets à des stades de bestialité pure. À Paris, la Brigade Criminelle continue à enquêter mais les personnages ont été bien ébranlés par l’épisode précédent. Wolf est obsédé par Karen, l’alignée zéro, alors que Silver, en partance pour le Laos, est sur le point d’atteindre l’équinoxe de son alignement. À leurs côtés, le commissaire Lacroix et Marcus sont en quête de la formule de la neurotoxine. Les victimes se multiplient, toujours avec une étoile à six branches gravée sur le front, alors qu’Antoine Marquez continue à prôner l’éradication pour la sauvegarde de la planète et que Diane recrute une synesthète, Joana. Tous sont sur le point d’atteindre l’unité des trois dimensions de l’existence et tous sortiront transformés de cette expérience – du moins s’ils en sortent vivants. Mais des données majeures semblent se cacher dans l’ordinateur de Karen…

Maintenant que nous commençons à mieux connaître les personnages de Raizer, l’auteur semble prêt à prendre des chemins de traverse, à faire du réel une virtualité aux allures crépusculaires. Dans cet univers-patchwork se côtoient intelligence artificielle, bouddhisme zen ou psychologie de masse, afin de mieux déliter la réalité et l’amener vers une abstraction mystique où l’ancestral et la modernité se conjuguent. Une stratégie fantastique s’établit alors de manière implacable, qui se nourrit des maux d’une société malade. Le thématique cannibale (très présente dans le cinéma contemporain, voir des films comme The Neon Demon, Grave ou Green Inferno), abordée plus littéralement ici, est riche de sens. Qui finira par manger l’autre? Le volume final nous le dira et nous serons au rendez-vous.

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Serie-Noire/

Ce document a ŽtŽ crŽŽ et certifiŽ chez IGS-CP, Charente (16)

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 70%

Site du groupe / MySpace :

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Serie-Noire/

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse