Schlaasss – Casa Plaisance

14 Avr 17 Schlaasss – Casa Plaisance

Si les compositions de Sexy Sushi sont trop travaillées pour vous, si Die Antwoord se sont trop assagis à votre goût, si vous aimez la provocation facile et l’humour potache et vulgaire, ce disque va vous satisfaire.

D’emblée, avec « Kiki », ode aux gens qui ont leur cerveau entre les jambes et qui y mettent toute leur fierté, on part très bas. Impossible de l’écouter près des gamins, malgré les samples variés et enfantins. Pour davantage de trivialité, l’autotune ne cesse de crier dans les oreilles, ça saigne et ça fait un feedback de conneries, disent-ils dans « Nanarchie ».

Une fois ce dépucelage fait (pour ceux qui ne connaissaient pas encore le trio), on aborde une liste de paroles bien triquées, abondant dans les jeux de mots à la Monomaniax, dénonçant la médiocrité tout en enfonçant des portes ouvertes. Les Street-Artists aux chatons bleus, débarqués des beaux-Arts, se transforment en « Triste[s] Artiste[s] ». Le solfège se fait zigouiller en Allahu akbar au lieu d’Alleluja (« Ordo ab Chaos »). Les pauvres laids ou handicapés de « Noenoeil » servent à démolir les méchants en marabout-bout-d’ficelle, mettant en scène les pseudos des deux chanteurs ; les mêmes qui s’en prennent plein la tête, dans un esprit peu novlangue (« Les Moches »). Ailleurs, une gamine exhibe sa sexualité façon porn-gangsta féministe (« Thug Lilith », trop vilain car musicalement couiné à la PNL…). La caricature fait plaisir, quand elle est bien montée, et il y a là un esprit Hara-Kiri ou Vuillemin bondé dans une cave par des trouduc’s irresponsables. Un poil de (mauvais) rap de base, dans lequel la voix sait s’amuser avant un refrain à hurler dans une Twingo rutilante (eux préfèrent les Volvo, notamment dans le clip de « Miaou »). Les deux voix se complètent avec célérité, jouant d’un accent français poussé sur les quelques paroles en anglais. Les samples sont toujours immondes, ancrés dans une sous-culture populaire infecte (j’aime bien l’annonce de « Philippe le Dauphin » avec son cri décalé sur un autre titre bien avant dans le disque…). La dominante reste une musique de samedi soir dans les zones pavillonnaires, là où l’on remonte des voitures en consommant des drogues de troisième zone. Charlie se fait horripilante, toujours à la limite de la claque méritée pour sa tessiture. Le son est désormais très gonflé : « Salope » en terme de production est largué à des kilomètres par le nouveau « Pupute », comme quoi ça fait du bien de bien placer les pistes de voix, idéal pour ce titre en période électorale. les Schlaasss ont donc quitté la division de Jean-Louis Costes (auquel « Hippie » me faisait penser) pour passer au niveau supérieur, ce ce sont plus des seconds couteaux. C’est laid et contaminant (non, pas « Bisous »* qui décapite les dogmes du slow d’été et reste donc trop plage populaire, malgré, là encore, un talent d’écriture indéniable, et pas non plus « Poison » qui joue la mélancolie au mauvais moment du disque), parfois même bon d’entrée de jeu comme sur le dark « Tue la Tête », titre satanico-campagnard de conte pour pervers polymorphes, qui s’achève en eau de boudin. Le plus expérimental « Requiem », avec son mid-tempo et ses cuivres décalés pâtit un peu de la profusion de titres sur ce disque (quinze !).

Schlaasss est très travaillé dans le concept, les interviews sont hilarantes et les clips chiadés : derrière le décorum et l’artifice, les intentions, il y a une franche réussite dans la réalisation. Les personnages mis en scène fonctionnent et la musique (puisque je chronique un disque) rentre où elle veut*. Détestez ou régalez-vous.

*Sauf chez Sony, puisque « Bisous » était un titre décalé, créé pour faire croire à une signature sur le gros label et à un changement radical (pas tant que ça) dans le projet.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :



01. Kiki

02. No drog Yourself

03. Triste Artiste

04. Byebye

05. Noenoeil

06. Tue la Tête

07. Les Moches

08. Pupute

09. Thug Lilith

10. Nanarchie

11. Requiem

12. Ordo ab Chaos

13. Bisous

14. Poison

15. Philippe le Dauphin

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 69%

Site du groupe / MySpace :

www.schlaasss.fr

Be Sociable, Share!