Rendez-Vous – Superior State

04 Oct 18 Rendez-Vous – Superior State

Les bonnes dissonances de « Double Zero », la violence directe de « Paralysed » tempérée par un break dysharmonique astucieux… D’emblée, ce disque, on sait qu’on va l’aimer sans retenue. Et on a raison.

La prédominance de la basse cold et noise à la fois (à la façon de Virago), de la voix et une rythmique implacable offrent aux guitares et claviers la possibilité de virer en circonvolutions mordantes et affolantes (« Exuviæ »). Ce premier long format de Rendez-Vous fait très très mal. On avait d’eux une image un poil trop sage, un soupçon trop parisiens, une vague idée préconçue de gens à cette place presque par erreur. Comme pour Grand Blanc ou d’autres qui ont eu rapidement les faveurs des médias, avec à peine quelques titres surgis du néant.

Et pourtant, leurs Eps et leurs clips accrochaient et titillaient la curiosité. Alors, avec ce disque, les Rendez-Vous se positionnent de façon méritée dans le circuit rock sans coup férir. Oui, ils savent délivrer une musique bruyant et méchante, y compris en mettant en scène un peu d’acoustique avant un final death-rock (« Lakes »). Mieux encore, avec la référence à Crisis (dont le « Holocaust » est étonnamment perverti dans « Crisis ») ou encore le nom de cet album, Superior State, ils en remontrent enfin à ceux qu’on ne peut voir que comme les Champions auxquels se mesurent désormais ces Challengers : Frustration (on pense au titre Empires of Shame). La fougue et l’arrogance, la culture totalement appropriée, ça en jette !

Le groupe, malgré une envie de boxer plus frontalement, garde de l’énergie sur la longueur. C’était le défi à relever. Plusieurs des morceaux s’étirent, modifiant l’agressivité en hypnose. De son côté « Superior State » ralentit, se fait plus électronique et laisse la voix devenir pleinement vénéneuse : une ruse puisque le final dérive en mode punk sauvage. D’autres sont davantage dans l’atmosphère : « Last Stop » marque le pas, démarrant comme une ballade où la langueur le dispute à la déprime. « Middle Class » se fait plus cold encore, multipliant les effets vaporeux et créant des brumes de premier ordre. Mieux encore ? Oui, il y a, c’est « Sentimental Animal », marqué par des guitares tricoteuses qui cèdent vite la place à la basse avant de se multiplier en pistes superposées. La voix alors danse entre les contre-temps, élaborant un groove légèrement sexy auquel on ne pensait pas forcément. C’est avec des titres comme celui-ci que Rendez-Vous s’impose parmi les très grands. Reste « Order of Baël », bluette néo-hippie-folk assez étonnante, sauvée en partie par des vagues distordues : un titre conclusif en forme de pied de nez.

Rendez-Vous s’est chargé de dates pour une tournée–tour de force qui devrait donner au groupe sa pleine dimension. Pour le reste, on en discute avec eux sur cette autre page…

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. Double Zero

02. Paralysed

03. Sentimental Animal

04. Last Stop

05. Superior State

06. Crisis

07. Middle Class

08. Lakes

09. Exuviæ

10. Order of Baël

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 78%