Pushking – The World as We Love it

16 Juin 11 Pushking – The World as We Love it

Quand la Russie s’ouvre à l’occident, ce n’est pas pour faire les choses à moitiés. Après 17 ans passés dans l’ombre et malgré des albums ambitieux comme le concept album « Freddy », inspiré de la vie et la carrière du défunt frontman de Queen, il faut avouer que les tentatives de Pushking de s’exporter au delà de ses frontières sont restées veines. Dans l’attente de nouvelles compositions, les Russes auraient pu faire dans la simplicité en faisant patienter leurs fans avec un live ou une compilation agrémentée d’un ou deux inédits.

D’une ambition toujours aussi débordante, ils ont plutôt pris le pari de contacter des pointures internationales du Métal et de leur demander de ré-enregistrer avec eux les classiques du groupe.

Bingo, le bouche à oreille a visiblement bien fonctionné tant la quantité et la qualité des guests apparaissant ici laissent tout bonnement bouche bée. Jugez plutôt: Steve Salas, Steve Vai, Steve Lukather ou encore Nuno Bettencourt à la guitare et des monstres comme Paul Stanley (Kiss), Billy Gibbons (ZZ Top), Eric Martin (Mr Big), Dan MsCafferty (Nazareth), John Lawton (Uriah Heep), mais aussi Glenn Hugues, Graham Bonnet, Joe Lynn Turner, Jeff Scott Soto, Jorn Lande et Udo Dirckschneider, au chant au côté de Konstantin « Koha » Shustarev, le chanteur du combo Russe, de quoi donner le vertige…

Le hard rock de Pushking, plutôt varié et faisant la part belle aux ballades et compositions grand public, du moins dans les titres retenus sur l’album, s’en trouve transcendé. Le diable de Fabrizio Grossi, habituée des grosses productions de Frontiers records, ici aux manettes, a tout fait pour placer les invités dans un fauteuil doré. Avec des voix et de jeux de guitares de ce calibre, on ne peut qu’échapper à la redondance, à la platitude coutumière à ce genre d’opus.

Même si il est difficile de retenir une performance plutôt qu’une autre, tous les artistes donnant le meilleur d’eux même, on ne peut qu’admirer le travail de remodelage réalisé ; ensuite c’est simplement une question de goût, d’affinités personnelles.

Je déplorerai juste, pour ma part, la trop grande place donnée aux ballades qui occupent une bonne moitié de l’album, c’est beaucoup trop. Dans la recherche du succès à tout prix et la quête des marchés internationaux “grand public”, je comprends ce choix, mais désolée je ne le cautionne pas. C’est certain, ce n’est pas avec le tonitruant « Nature’s child » interprété par la grosse voix rocailleuse du sieur Dirckschneider, que Pushking pourra prétendre au hit single en Europe, mais bon sang, heureusement qu’il est présent mettre l’ambiance. Car face à ces belles balades chaudes et sirupeuses, on aurait un peu trop tendance à oublier que Pushking n’est pas un groupe de pop Rock commercial.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
1. Intro

2. Night rider (vocal, guitar Billy Gibbons)

3. It’ll be O.K. (vocal Billy Gibbons, guitar Nuno Bettencourt)

4. Trouble love (vocal Alice Cooper, guitar Keri Kelli)

5. Stranger’s song (vocal John Lawton, guitar Steve Stevens)

6. Cut the wire (vocal Paul Stanley, guitar Stevie Salas)

7. My reflection after seeing the Shindler’s list movie (vocal Koha, guitar Steve Vai)

8. God made us free (vocal Graham Bonnet, guitar Dobro Al Perkens)

9. Why don’t you (vocal Glenn Hughes, guitar Dobro Al Perkens)

10. I believe (vocal Jeff Scott Soto)

11. Tonight (vocal Glenn Hughes, guitar Joe Bonamassa)

12. Private own (vocal Glenn Hughes, guitar Matt Filippini)

13. Open letter to God (vocal Eric Martin)

14. Nature’s child (vocal Udo Dirkschneider)

15. I love you (vocal Dan McCafferty)

16. Head shooter (vocal Joe Lynn Turner)

17. Heroin (vocal Jorn Lande)

18. My simple song (vocal Dan McCafferty)

19. Kukarracha (vocal: Joe Lynn Turner, Graham Bonnet, Eric Martin, Paul Stanley, Glenn Hughes, guitar Steve Lukather)

Be Sociable, Share!























Tweet

Site du groupe / MySpace :

http://www.pushking.eu

http://www.myspace.com/pushkingofficial

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse