Powersolo – The real Sound

15 Août 14 Powersolo – The real Sound

Bon, après deux-trois écoutes, je m’étais dit que j’allais y mettre du mien pour ne pas éreinter Powersolo. Pour cela, il fallait que j’oublie les mentions du dossier de presse : sept albums, des titres choisis pour illustrer musicalement les pubs Coca-Cola Light et Heineken, d’autres utilisés pour une série et un film. De quoi m’interpeller : pourquoi le label nous envoie-t-il le disque d’un groupe déjà reconnu si ce n’est pour qu’on lui offre une crédibilité underground ? (dont il se passe parfaitement).
J’oubliais donc ces références bien trop mainstream pour me concentrer sur la musique car, que je le veuille ou non, Powersolo, ça envoie du rock’n’roll de première catégorie ! Merci au label pour la cadeau, somme toute. Alors, voilà, en pleine lecture du fanzine Chéribibi (que je conseille fortement par le biais de cette chronique, voir leur site ici), je me suis poussé à être bonne pâte.
Le rythme est entraînant, les jeux de micro vintage et le son de la guitare ainsi que celui de la batterie ont un côté brut et par-là bien root totalement maîtrisé. Quatorze titres avec des variations de tonalité, d’ambiances, pas de redites et un plaisir évident pris à jouer, et pour moi à écouter ces compositions. Hommage aux anciens et re-création si fidèle (les thématiques sont débiles à souhait comme le montre la liste des titres plus bas) qu’elle a charmé les pontes de la communication cité plus haut. Tu veux une ambiance un peu garage, alors tu ne résisteras pas à « The Leather Suit », sa voix grave poussée, son riff sec et ses choeurs criés. Un peu de ciné ringard sur les filles dangereuses ? Alors, ce sera « Des Filles ». Un peu de Stooges pour rire ? Essayez « Frantic ». Les frères Railthin (surnom lié à leur grande maigreur) savent tout faire… Je succombais presque.
Et puis, vous vous en doutez, il y a eu un déclic. Une émission sur le rock à la radio, l’envie d’enchaîner avec un disque des Cramps, Songs the Lord taught us. Et bien, Powersolo n’y résiste pas. Chez les Cramps, il y avait de la folie, une incarnation totale pour le rock, pas les petites flûtes idiotes de « Salty Lick », rien de calculé ou de trop consensuel. Et c’est ça qui pêche en dépit de tout le talent des Railthin brothers : le rock, ça doit faire peur, pas servir de bande-son à Coca-Cola Light (qui plus est !). Joe Strummer l’avait bien compris et défendu jusqu’à sa mort. L’attitude, mes gars, c’est ça qui a manqué sur ce disque. De peu !
Sans rancune.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. Bomm babba do ba dabba

02. Sasquatch

03. Two headed Woman

04. Big Lips

05. The Leather Suit

06. Jurassic Sex Party

07. Des Filles

08. Salty Lick

09. Milk that Thang

10.Sloppy Bird Boogie

11.Frantic

12. Sonic Sauce

13. Tequila Whiplash

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 59%

Site du groupe / MySpace :

http://www.powersolo.dk/

Be Sociable, Share!