Papa Roach – Time for Annihilation

21 Déc 10 Papa Roach – Time for Annihilation

J’avoue avoir eu un moment de questionnement face à ce nouvel album des américains. Devais-je m’y plonger sans a priori ou bien le bouder pour le tourner vers d’autres paysages sonores. La second solution m’a longtemps titillé, ne me sentant aucune affinité avec la scène rock US, je prends habituellement toujours soin d’éviter de me pencher sur les combos de ces courants bien assez mis en avant comme cela dans les médias, pour me concentrer sur des styles plus ancestraux, passé de mode mais qui me sont chers.

Pourtant le souvenir lointain d’un de mes voyages en Finlande où le groupe était à l’époque en tête du top 50 me permis de passer le cap afin d’entamer l’écoute avec un brin de curiosité.

Premier coup d’oeil à la pochette, on ne peut plus laide, le combo bénéficie d’une distribution par le géant EMI ce qui finalement ne me rassure qu’à moitié.

A noter que les afficianados seront ravis de pouvoir déplier le livret du CD pour bénéficier d’un poster de leur combo préféré. Marketing oblige, les cinq titres inédits qui devaient faire l’objet d’un EP, se voit complétés d’un petit best of live, le mini se mute en pseudo « véritable» album.

Peu coutumière à la chose, le chant et le rythme saccadé débutant « Burn » me replonge de suite dans une introspection figeant un temps mon désir d’aller plus loin. Cela commence mal. Pourtant quand arrive le refrain, simpliste et accrocheur, je commence à tendre un petit peu l’oreille en espérant voir pointer l’ombre d’un petit solo de guitares …et bien non si ce n’est un tout petit chorus agréable après un des refrains. Les américains accélèrent ensuite un petit peu le tempo abandonnant les phrasés saccadés avec « One track Mind » qui est loin d’être déplaisant voir même assez convainquant. On sent une mécanique bien huilée derrière cette simplicité apparente, cette recherche de l’accroche immédiate. Bien aidé par une production aux petits oignons, je commence à comprendre que l’on puisse apprécier se genre de musique facile d’accès, directement assimilable.

A ce titre, le single « Kick in the Teeth » avec ses choeurs d’enfants sur le refrain est l’exemple parfait du tube construit sur mesure pour les radios. Le pire est que cela fonctionne puisque après quelques écoutes ce fichu refrain me reste désespérément en tête. On découvre ensuite une Power ballade, pas déplaisante à écouter intitulée « No Matter What ». Bien construite, magistralement interprété mais de laquelle, il ne ressort aucune “vraie” émotion, un comble pour une ballade.

Le rayon nouveauté se clos avec “The Enemy” aux forts relans de « Burn ». Après seulement cinq compositions Papa Roach commencerait il déjà à tourner en rond ?

La partie live débute ensuite, m’évitant de me poser trop longtemps la question et m’ouvrant une autre fenêtre sur la musique du groupe.

Premier constat, si le public semble bien présent participant à chaque invitation du chanteur, Jacoby, on a aussi l’impression que l’enregistrement a été retouché pour le rendre artificiellement aussi puissant voir davantage que les versions studios.

Malgré toute cette bonne volonté et si j’avoue avoir été agréablement surprise par l’efficacité globales des cinq compositions studio, j’ai ici plus de mal, tant l’interprétation manque de profondeur. Les titres s’enchaînent sur le même rythme immuable, donnant le sentiment d’écouter inlassablement la même chanson, ce qui n’est bien sur pas le cas au vu des réactions du public qui semble ravi et reprends chaque refrain avec Jacoby. Plus de liberté musical ou quelques petits solos ne seraient pas du luxe car on est en live, c’est pour apporter un plus à sa musique, alors à quoi bon avoir droit note pour note à la version studio, le chant de la foule en plus. Une prestation qui brille avant tout par la qualité de l’enregistrement mais ne parviendra pas à susciter l’adhésion des non initiés, rend elle vraiment service au EP studio ? Rien n’est moins sûr…

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
1. Burn

2. One Track Mind

3. Kick In The Teeth

4. No Matter What

5. The Enemy

6. Getting Away With Murder (Live)

7. …to be loved (Live)

8. Lifeline (Live)

9. Scars (Live)

10. Hollywood Whore (Live)

11. Time Is Running Out (Live)

12. Forever (Live)

13. Between Angels And Insects (Live)

14. Last Resort (Live)

15. I almost told 

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 56%

Site du groupe / MySpace :

www.paparoach.com

www.myspace.com/paparoach

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse