Mark Harris & John 3:16 – Victory over the Sun

18 Nov 16 Mark Harris & John 3:16 – Victory over the Sun

Cinq titres pour cet album dense en émotions et paysages mentaux. La rencontre de John 3:16 et de ses compositions aux guitares souvent Curesques et Mark Harris, chantre des limbes, ne pouvait donner qu’une partition sonore épique.

C’est chose faite et chacun des titres donnés à ces morceaux porte en lui son lot de visions.

La montée du son respecte l’auditeur : ainsi « Victory over the Sun » prend une vingtaine de secondes avant que la nappe n’emplisse l’espace. Sa vague est dominée par un son de synthé, mais plusieurs tessitures s’entremêlent, formant un sac et ressac de notes. Quelques bruits assimilables à des cris d’oiseaux marins se font entendre. On plonge dans ces nappes de lumières colorées en vert et bleu (plus que de sons), et on accueille sereinement les fulgurances des guitares, comme des fins de solo extatiques et sensuelles. Sur cet océan initial se dresse un horizon cosmique. Comme celui de galaxies tournant lentement et inexorablement. La lenteur et la progression de ces nappes travaillées offre l’image des commencements et fins des temps, une image de l’infini sans l’homme, renvoyant chez moi à cette scène presque finale du Time Machine d’HG Wells, entre méditation et hypnose (« Dead Stars »).

Les instruments utilisés sont peu identifiables, on a comme des cordes synthétiques alors que les deux hommes travaillent essentiellement dans un format d’instruments rock à la base. Les textures donnent elles aussi le vertige par leur capacité à s’abstraire, à ne se laisser que deviner : elles font sens parce qu’elles sont multiples. Cette musique est à écouter à plein volume pour se laisser submerger par ces sculptures. On se retrouve bercé, quand bien même le léger mode mineur de « The angry Moon » donne à ce titre une mélancolie plus forte. Le volume poursuit sa progression, après trois minutes d’échauffement, et le mode larsen des guitares vient soulever et créer un nouvel équilibre. Comment le rompre ? Avec un decrescendo, une évanescence en retenue qui ramène au retour des cordes.

« Requiem for the Lost » forme une antithèse car le titre est formé sur un jeu d’harmoniques qui se renouvellent, ne cessant de faire écho. C’est une ronde lente qui s’élève, de note en note, une spirale mémorielle qui doit autant au shoegaze qu’aux éruptions du post-rock.

« Vortex » profite alors de ces quatre immersions successives pour ouvrir le spectre à un rythme : on a un charley métronomique et un duo grosse caisse, caisse claire qui vient donner quelques coups qui résonnent. Les guitares se hérissent, font le travail et forment une dernière carapace monstrueuse, peut-être celle de ces scarabées gigantesques qui arpentent pesamment la plage baignée par les ultimes rayons d’un soleil qui s’éteint.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :



01. Victory over the Sun

02. Dead Stars

03. The angry Moon

04. Requiem for the Lost

05. Vortex

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 82%

Site du groupe / MySpace :

https://soundcloud.com/little-red-rabbit-records/mark-harris-john-316-vortex

http://www.littlecrackdrabbit.co.uk/releases.html

Be Sociable, Share!