Manigance – Recidive

08 Avr 11 Manigance – Recidive

Quatre ans ! L’attente fut longue mais il est enfin là le nouvel album de Manigance. Grâce à une écriture soignée, une production limpide et un chant en français pour le moins percutant et attachant, Manigance s’est imposé comme le nouveau chef de fil naturel du heavy mélodique à la Française, prenant le relais des fameux Sortilège, Warning et autres Blasphème issus de la décennie bénie, la plus créative aussi bien en nombre qu’en qualité, des années quatre-vingt.

Plus pointu que ses aînés en terme d’arrangements et de technicité, on avait laissé un Manigance repoussant les limites de son heavy speed mélodique à la frontière des scènes progressives en 2006 avec son troisième opus, « l’ ombre et la lumière ».

 

Ces quatre années d’absence salvatrice et créatrice ont permis aux palois de se ressourcer. C’est donc avec un pavé de seize nouvelles compositions pour pas moins de soixante dix minutes que la bande à François Merle signe son grand retour. Sans aucun euphémisme, les fans en auront pour leur argent, peut être même un peu trop… Je m’explique, après quelques écoutes attentives permettant d’assimiler l’essentiel du nouveau bébé, un constat s’impose : « Récidive » aurait gagné à être épuré d’une vingtaine de minutes.

 

Passée, l’intro soignée de rigueur, on retrouve un groupe en très grande forme, la triplette, « Larme de l’univers », « Dernier allié », « Mercenaire » est un sans faute des plus prometteur. Manigance s’y veut plus direct, mais toujours aussi fin techniquement ce qui fait davantage songer à « Ange ou Démon », son premier album studio paru après le Ep « Signe de Vie », qu’aux inspirations progressives de « L’ombre et la lumière ».

Si « Larme de l’univers » contient quelques structures assez complexes, il n’en est rien des deux titres suivants.

Ce début d’album est surtout marqué par le génie de Bruno Ramos, qui semble avoir encore gravi quelques marches vers les sommets. Il nous concocte pour l’occasion quelques petits solos tapageurs d’une dextérité digne des plus grands guitar heroes, le petit côté démonstratif en prime. Malgré tout, allié à une production béton, des riffs accrocheurs et des arrangements soignés, on reste cloué sur place, tant l’ensemble est efficace. Didier, pour sa part est égal à lui même, l’une des plus belles voix du heavy Français, cela ne fait aucun doute.

 

Devant ces débuts en fanfare, les morceaux qui suivent, très classiques, sans surprise déçoivent un peu. La mécanique est implacable mais semble trop lubrifiée donnant le sentiment de tourner un peu dans le vide.

Les schémas bien que complexes sont plus ou moins toujours les mêmes au sommet desquels Didier donne vie de façon trop uniforme. Il faut attendre « Recidiviste » pour reprendre son pied comme sur les trois premiers morceaux. Double grosse caisse de rigueur, Manigance se lâche, balançant son trop plein d’énergie au sein d’un petit joyau de speed mélodique n’ayant rien à envier aux moments de bravoure des Stratovarius, Edguy ou autre Helloween. Le meilleur titre de Manigance selon moi depuis « Ange ou Demon », rien de moins… Plus posé, mais au charme hypnotique « Illusion » était le titre qu’il fallait pour assurer la transition en douceur, la suite souffrant malheureusement des mêmes maux que les titres précédant « Recidiviste », trop uniformes et prévisibles.

A titiller par moments les sommets, on devient peut être trop exigeant avec nos Frenchies, c’est probable. J’apprécie certainement trop ce groupe pour être totalement objective. Il n’empêche, qu’avec un format plus court, ne gardant que le meilleur et un peu plus de diversité et d’émotions, Manigance aurait peut être signé là une nouvelle référence du heavy Français, restant à jamais dans l’histoire. Il ne manquait pas grand-chose mais ce ne sera très probablement pas le cas cette fois ci.

Une fois n’est pas coutume, l’album se clos par une douce et simple ballade « Sans détour », pas des plus originales, il est vrai, mais que l’on prend plaisir à écouter car elle apporte en quelque sorte, cette fameuse variété de style et l’émotion qui fait parfois cruellement défaut au travers de ce déluge perpétuel de notes.

Malgré toutes ces réserves, Manigance signe là un bien bon retour !

 

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. Aura

02. Larme De L’univers

03. Dernier Allié

04. Mercenaire

05. L’ombre D’hier

06. Chant De Bataille

07. Secret De L’âme

08. Récidiviste

09. Illusion

10. Sentier De La Peur

11. Vertiges

12. En Seigneur

13. Déserteur

14. Délivrance

15. Sans Détour

 

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 77%

Site du groupe / MySpace :

http://www.manigance.org

http://www.myspace.com/manigance

 

 

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse