Mahr – The Wretched (EP)

21 Août 17 Mahr – The Wretched (EP)

Après deux sorties (Her Manifesto en 2015 et MAHR en 2016), la productrice électro Nicole Wilson (basée à Madison, dans le Wisconsin) a décidé de faire évoluer son projet Mahr en y incluant un peu de cette atmosphère black metal qu’elle affectionne. Les habituels treize mois de gestation auront été nécessaires pour proposer ces nouveaux titres.

Dès la pochette de cet EP disponible en version digitale, on pressent en partie où on va mettre les oreilles. Le titre, The Wretched, évoque un(e) Malheureux(se), Misérable tout autant qu’il rappelle les glorieuses heures de Nine Inch Nails (cf The Fragile, 1999) ; le visuel, tout en noirs et brumes, sous bannière paysage-neigeux-désertique-arbres-morts et lettrage gothique, est on ne peut plus référencé… Enfin, c’est un Finlandais, Utu Lautturi (un copain de Dronny Darko), qui a effectué le mastering des titres.

Toutefois, il ne s’agit pas de BM « pur » à la Darkthrone et associés, mais plutôt d’une série d’ambiances noires et délétères, telles que Burzum avait pu en produire sur Filosofem. Ainsi, les guitares grésillent et montent des nappes très denses, en partie soutenues par les ajouts de Philippe Gerber (cf John 3:16). Ces volutes sont mixées à un niveau relativement bas, ce qui permet aux partitions de percussions de prendre une place envoûtante, cérémoniale (d’où le choix du premier titre de l’EP, « Danse cérémonielle »). On retrouve cet équilibre subtil sur le final « Not without Meaning », aux percussions profonde, dignes d’un Cure circa 1982 ; la mélodie, progressive et languide, explore avec assurance ses méandres forestiers. Les claviers sont enveloppants, donnant une dimension magique, witchy, à cette diffusion. « Hollow » se fait cinématographique et méditatif, malgré une construction très narrative, accumulant les pistes et les imbriquant dans une densité révélatrice : ce sont des détails foisonnants qui distordent le son principal et lui ajoutent des parenthèses, des échos, des brouillages. C’est avec « The Watcher » que la pleine dimension alambiquée de cette formule prend sens. Les guitares rugissent, se font éruptives et noient les voix, c’est à la fois shoegaze et noisy, sournois et caressant car la mélodie qui s’impose est de celles dont raffolait 4AD à la fin des années 80, avec un soupçon de cordes et de frissons dignes de In The Nursery. Ces cordes, Mahr les doit à un deuxième invité, Troy Schafer (Devotion, Kinit, ou encore Her). Lorsque les claviers basculent dans la lourdeur, ils sont accompagnée par une batterie bien volage, et seules les harmoniques célestes, bien placées dans le mix apportent une lumière au bout de ce tunnel qu’est « Hand of the Pendulum », entre rituel et ambient. La demi-heure dispensée par cet EP marquant est clairement un nouveau manifeste.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. Ceremonial Danse

02. The Watcher

03. Hand of the Pendulum

04. Hollow

05. Not without Meaning

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 70%

Site du groupe / MySpace :

https://mahr.bandcamp.com/album/the-wretched

Be Sociable, Share!