M. Bryo & D.M.T. – Things I was due to forget (1979-2005)

04 Mar 19 M. Bryo & D.M.T. – Things I was due to forget (1979-2005)

Si vous aimez le son minimal électronique des années 80, du type Snowy Red, Absolute Body Control, The Actor ou Dark Day, il vous faut à tout prix vous jeter sur ce document d’archive exceptionnel déterré par Nuit et Brouillard pour des éditions vinyle (couleur ou noir) et CD (les premières sont déjà disponibles, le CD arrive au printemps). Si le nom, très énigmatique, peut paraître celui d’un duo, il s’agit en fait du projet solo d’un artiste multimédia d’Antwerp, Mark Burghgraeve, un proche de Club Moral, également à la base de la formation initiale de The Klinik en 1982 avec Marc Verhaeghen.

Intéressé par le son, la vidéo et la photo, il se procure ses premiers synthétiseurs en écoutant Klaus Schulze, The Human League, Kraftwerk, Fad Gadget et Der Plan. À 18 ans, en 1979, il se lance dans ses premières compositions sous le nom de M. Bryo, tout en suivant en parallèle ses études aux Beaux Arts et en étant videur dans des boîtes branchées. Things I was due to forget est en fait le titre d’un premier album qui aurait dû paraître en 1981 mais qui est resté dans des tiroirs. De fait, très peu de choses sont sorties à l’époque si ce n’est sur une petite poignée de cassettes confidentielles. Un 45 tours, mis sur le marché par Minimal Wave en 2007, avait fait réapparaître ce nom, mais au bout du compte tout est encore à découvrir, d’autant plus que pour cette édition, Mark Burghgraeve a retrouvé un bon nombre de morceaux inédits qu’il a lui même remasterisés.

Travaillant aujourd’hui aussi bien pour le cinéma, le théâtre et la danse, et collaborant avec des artistes aussi prestigieux que Jan Fabre, le musicien nous livre une vingtaine de pièces obscures et lo fi, témoignant de cette première vague électronique analogique. Accessibles et assez cinématographiques, les compositions accusent très bien le passage du temps. On reconnaît le charme des Korg MS 10 et MS 20. Les manipulations sur bande magnétique peuvent rappeler la scène industrielle des débuts et ce que l’on pouvait trouver sur les nombreuses compilations cassette de ces années là (« Shift ») mais le talent mélodieux de Mark Burghgraeve quand il éclate (« DMT Street ») renvoie à ce qui se faisait de mieux dans le domaine. D’autres chansons se font plus délirantes avec une musique-jouet aux airs de valse carnavalesque (« Embryo ») ou des expérimentations de laboratoire rétro-futuriste (« The Lab »). D’autres se révèlent toujours efficaces sur le dance-floor avec un beat pré-techno imparable (« Things I was due to forget ») ou des rythmiques à la sauce EBM belge dans la tendance des premiers Front 242 (« Stahlmobil »). Bref, nous plongeons dans un voyage au sein des boîtes à rythmes robotiques, des atmosphères de science-fiction, des vocodeurs et du romantisme urbain. Un régal.

http://www.nuitetbrouillard.com/

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
1. Shift

2. DMT Street

3. Embryo

4. Things I was due to forget

5. Show me your Hands

6.Let’s Go To War

7. The Lab

8. Shrinking Room

9. Relax

10. Scrotum Impernicus

11. Shift (alt. version)

12. DMT Street (instr. version)

13. Things I was due to forget (instr. version)

14. The Station Below

15. Train of Inertia

16. Flashing Down a Mountain

17. Stahlmobil

18. All Water Shall Be Boiled

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 82%

Site du groupe / MySpace :

http://www.nuitetbrouillard.com/

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse