Lebanon Hanover – Let Them be Alien

08 Avr 18 Lebanon Hanover – Let Them be Alien

Si vous avez découvert et suivi le groupe allemand ces dernières années, vous pouvez vous précipiter sur leur nouvel album, Let Them be Alien. On y retrouve la guitare Curesque, les basses profondes et cette atmosphère cold-goth revivaliste assumée. Dès « Alien », c’est la voix de William Maybelline qui résonne, sombre en diable, fantôme des premiers essais de Brendan Perry en bien plus mélodramatique, rapidement secondée par celle plus enveloppante de Larissa Iceglass ; puis les deux s’accorderont sur le final, le temps d’un duo exquis. Rythme lent, break léger, nappes de synthés pour magnifier une mélodie comme toujours simplissime. Les doublés harmoniques ou dysharmoniques (le lancement de « Lavender Fields ») dessinent en creux sur ce nouvel album un espace ouaté, une absence-présence. La facilité pour créer des tubes en puissance est une fois de plus de mise, notamment avec « Silent Choir » et son frisson fin des années 80, début des années 90 dans l’arpège plus darkwave.

Comme à l’accoutumée, les syllabes traînent leur ennui, étirant le temps, alors que le métronome basse-rythmiques secoue les corps avec sécheresse (« Kiss Me until my Lips fall off »).

La boîte à rythmes est toujours là, de même que ce sax qui avait fait les belles minutes de « The Moor ». On retrouve sans doute Perseas qui joue de l’instrument dans un registre, là encore, très années 80. Sur les titres chantés en allemand, comme « Gravity sucks », la parenté avec Nico est la plus forte (comme pour The Blue Angel Lounge quelques années plus tôt) ; le ton est désabusé tout autant qu’intime. Ce que la voix n’exprime pas (élévation, exorcisme…), c’est la guitare aigrelette et le sax qui le prennent en charge, donnant un équilibre assez remarquable, coupé court dans un final rêche (une option crue qu’on retrouvera aussi sur « Favorite black Cat »).

Quelques nouveaux sons esquissent une nouvelle palette pour ce cru 2018 : des percussions aquatiques bienvenues sur « Favorite black Cat » jouent avec les saturations de la piste de claviers. Si on regrette sur les premières écoutes le son mal calibré des ajouts synthétiques de clavecin et de cuivres sur « Kiss me until my Lips fall off », on y reviendra, titillés par cette fragilité. Ce titre a de quoi être un tube et on guettera une éventuelle version orchestrale (à l’instar des choix de Siouxsie sur l’EP The Thorn). Uniquement porté par la voix masculine, ce « Favorite black Cat » reste tout de même en retrait. Avec « Petals », les nappes grandiloquentes passent bien mieux, donnant au titre final un soupçon d’héroïsme revendicatif qui sera certainement plebiscité en concert.

La recette s’écoule, titre après titre, sans grand changement sur la première face. On se focalise alors sur ce que cette musique a d’hypnotique, de répétitif, goûtant le jeu avec le break de « Lavender Fields »).

Face 2, on s’amuse du mouvement introduit lorsque le rythme s’emballe dans une parodie de proto-EBM minimaliste en allemand et que la ligne de chant de Larissa est obligée de courir derrière  (« Du scrollst », « Ebenholz »). Entre les deux, c’est William qui rend la pareille avec un « True Romantics » à peine ébauché dans ses sons, comme une vieille démo ressortie d’un tiroir, où la basse est cette fois dansante et roborative, pas loin de l’esprit du « No Tears » de Tuxedomoon. Pour être plus clair : on salue l’intention louable de modifier la trame, mais ça ne colle pas vraiment avec ce qu’on connaissait. Ce nouveau visage reste à construire dans nos esprits.

Le tournant revivaliste est une option difficile : en jouant jusqu’au bout le jeu des références et des caricatures, adoptant même le chat noir comme emblème (un souvenir d’Emily The Strange ?) et la corde de pendu en logotype, Lebanon Hanover s’impose comme une très grande sensation, bien plus riche en émotions que des ersatz qui n’osaient aller aussi loin dans la renaissance corback. Les nouvelles approches attendront confirmation des semaines à venir.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. Alien

02. Gravity sucks

03. Kiss Me until my Lips fall off

04. Favorite black Cat

05. Lavender Fields

06. Du scrollst

07. True Romantics

08. Silent Choir

09. Ebenholz

10. Petals

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 80%