Laag – DemateRialiZe

11 Avr 18 Laag – DemateRialiZe

Ce nouvel album de Laag s’apparente à un ensemble de pièces sonores dont la pierre de rosette serait « Black Limo », point de fusion entre abstract hip-hop, glitch et cold. Deux titres sur les dix empruntent au cinéma, incorporant avec parcimonie un sample pour introduire de la voix et de l’atmosphère (« A peculiar Man » puis son pendant « A peculiar Girl »). Là où autrefois Ronan R se mesurait aux autres par des reprises (Bauhaus, Fad Gadget, Psyche, Pink Floyd) pour dire d’où il parlait, il n’a désormais plus réellement besoin de gage de recommandation.

Quelques titres vont plus loin que l’option expérimentale de ces pièces mises bout à bout avec harmonie. C’est « A peculiar Man », un simili-tube qui joue dans la cour des grands avec une densité bien sadique, balançant ses triturations comme dans un vieux Skinny Puppy, à l’heure où l’EBM formatisée n’avait pas encore étouffé les aspects malsains d’une musique cathartique. Ce titre s’achève pourtant bien brutalement, histoire de ne pas rentrer dans la catégorie trop facile de l’efficacité.

Laaag est ailleurs aujourd’hui, comme le souligne l’interlude rêveur de « The Conservatory ».

Les nappes synthétique sont prenantes, quelques points d’appui sont sans doute à chercher du côté des bande-sonores de la fin des années 70 et du début des années 80 (« Sandwave ») à l’instar de ce qu’avait proposé Punish Yourself quelques années plus tôt avec les plages ambiant du Cult-Movie. Cinématographique, Laag tient dans ces plages évolutives de quoi illustrer des courts-métrages nauséeux. Sur « At the Gates », c’est la touche flippante qui est maintenue enfoncée : super glissé de notes, percussions enfermées, raclements, musique qui naît et se construit pas à pas, déroutant. En contrepartie, Laag joue du néo-classicisme avec le léger et pointilleux « At the Sky », beau et rigolo dès lors qu’on l’écoute au casque ( latéralisation qui fait danser le cerveau). La touche jazzy décalée de « Good Night Mr Karn » puis sa mélopée orientale étonnent : en effet le jeu de la batterie, très minutieusement rendu, décale encore les références, car si l’on pense lors de l’entame à du NIN, la spatialisation des sons (là aussi) augmente les dimensions de la pièce dans laquelle on projette ce titre. C’est un loft désaffecté qui s’ouvre, s’illuminant progressivement. Dick Tracy ? Diva ? L’orientalisme des buildings en construction au Qatar ? Les points d’appui s’évaporent les uns après les autres, dont la référence centrale à Mick Karn, bassiste du légendaire Dalis Car, et Laag se fait intemporel.

Les mélodies, rares dans ces morceaux éclatés, prennent d’autant plus de force. On a abordé le cas d’« At the Sky », « Ouest » de son côté multiplie les trouvailles pour construire un puzzle coquet, comme une jolie bâtisse face à un océan, dans laquelle le piano résonne face au ressac. On imagine sans peine un cerf-volant en surplomb de cette torpeur intemporelle. Avec la pochette réalisée par Laurent Chedmail (responsable aussi de travaux pour Franck Kartell), et le titre éponyme, Ronan R dévoile son idée : « Dematerialize » est une chanson basique : moins de trois minutes de durée, un légère intro, une mélodie en couplets qui est triplée, un refrain. Mais, ce qui est mis en avant, c’est une perversion du procédé, rapidement, la ligne s’effiloche, est modifiée, lancée en l’air sans jamais retomber. Les perturbations viennent rayer la composition, les portées de notes ou les cordes d’une guitare virtuelles semblent rongées. On retrouve ce goût pour la saturation, la stridence, la machine qui supplante l’humain qu’on apprécie dans son versant die-hard chez Ichtyor Tides. Laag en donne une version doucereuse, nuancée, agréable et mélancolique. Surtout, il a avancé sur son terrain de jeu, défini selon ses règles, avec une pointe d’humour, en témoigne cette dématérialisation en format vinyl…

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. Sandwave

02. Ouest

03. A peculiar Man

04. Good Night Mr Karn

05. At the Gates

06. A peculiar Girl

07. Dematerialize

08. The Conservatory

09. At the Sky

10. Black Limo

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 78%

Site du groupe / MySpace :

Page bandcamp de Laag

Be Sociable, Share!