Kiko Loureiro – Fullblast

03 Juin 11 Kiko Loureiro – Fullblast

Avant le retour gagnant d’Angra cet automne avec le brillant « Aqua » faisant suite à un break bien mérité, Kiko Loureiro n’est pas resté inactif. Il a multiplié les apparitions dans les écoles de guitares pour des sessions cliniques appréciées des connaisseurs et en a profité pour nous proposer 12 nouvelles compositions instrumentales dans lesquelles l’habituel binôme de Raphael Bittencourt se lâche nous livrant nouvelles expériences et émotions.

Entouré par Felipe Andreoli, son compère d’Angra à la basse et du mercenaire iroquois Mike Terrana à la batterie, Kiko ne commet point l’erreur de nombre de ces confrères qui utilisent des batteries synthétiques électroniques monolithiques sans âme sur lesquelles ils plaquent plus ou moins artificiellement leurs parties de guitares.

Chez le sieur Loureiro, la rythmique n’est jamais laissée au hasard ayant autant d’importance que les lignes mélodiques, c’est en grande parti ce qui fait sa force.

Remarquez qu’à la vue du passé de Kiko avec Angra et de l’importance du rythme et des percussions dans la culture brésilienne, le contraire eut été étonnant et finalement de fort mauvais goût.

La musique de Kiko est de fait construite comme une chanson classique avec ligne de chant à la différence qu’ici la guitare remplace la voix sur les lignes mélodiques couplets et refrains. Les fans d’Angra et de speed mélodique en général se régaleront de « Cutting edge » et du long « Outrageous » où le guitariste nous en met plein les oreilles avec une maestria certaine, chaque note restant parfaitement audible et cristalline malgré le tempo soutenu.

Les amateurs d’ « Universo inverso » son précédent opus résolument jazzy resteront quant à eux sur leur faim, « Fullblast » étant nettement plus dans un registre Métal traditionnel. Les influences jazz et brésilienne sont toujours présentent mais proposées cette fois en dose homéopathique comme sur les courts « Mundo Verde » ou « As it is, Infinite » qui clos l’album. Pour le reste, « Fullblast » fait la part belle à l’efficacité mélodique et de ce point de vue, Kiko Loureiro s’impose comme un maître en la matière. La ballade « Excuse me » en ferait presque pâlir Joe Satriani. Quand le six cordistes s’attaque aux guitar heroes sur leur propre terrain, il le fait brillamment même si ce n’est pas ce que l’on attend spécialement de lui.

C’est d’ailleurs surtout sur le mariage des rythmes latino et des phrasés de guitares purement métallique qu’il est le plus fort, car résolument original et personnel. « Desperado » et « Se entrega, Corisco » sont, à ce titre, d’une richesse incomparable.

En variant les rythmes et les atmosphères tout en recherchant constamment la mélodicité, Kiko Loureiro parvient à ne pas lasser, un bon point supplémentaire pour capter l’intention des profanes, non musiciens pour qui les albums instrumentaux sont souvent synonyme de déballage technique gratuit et d’ennui.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
1. Headstrong

2. Desperado

3. Cutting Edge

4. Excuse Me

5. Se Entrega, Corisco!

6. A Clairvoyance

7. Corrosive Voices

8. Whispering

9. Outrageous

10. Mundo Verde

11. Pura Vida

12. As It Is, Infinite

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 78%

Site du groupe / MySpace :

www.kikoloureiro.com.br

www.myspace.com/kikoloureiro

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse