John 3:16 – עשר

25 Mar 18 John 3:16 – עשר

Dix ans que Philippe Gerber a commencé à saborder le navire Heat From A DeadStar puisqu’en 2007, il a embarqué en parallèle dans un projet bien plus complexe : John 3:16. Le nom, biblique, est l’essence-même du christianisme : le don par Dieu de son fils unique de façon à ce que les futurs croyants aient à leur tour accès en la vie éternelle, à l’image de la résurrection de Jésus.

Très très peu de paroles dans les compositions de John 3:16, les titres confirment cependant l’orientation religieuse ou plutôt métaphysique du projet. Ces citations et les images convoquées par le biais de personnages emblématiques ou de lieux et d’objets reconnus ancrent les musiques dans un ailleurs et un temps incertains ; c’est une puissante évocation qui baigne les échos de ces partitions souvent dantesques, évoquant flots et vapeurs, vents et terreau, orages et plénitude.

Les illustrations de la pochette, signées Nicole M Boitos Hayworth, ajoutent de l’animal : crânes emmêlés, dents et mutation, un faon ou un chevreau fixe droit devant lui, en attente.

Cette compilation intitulée עשר (Dix en hébreu), sortie pour fêter les dix ans du projet, reprend des faces B et des titres inédits. Même si on conseillera toujours de récupérer un maximum d’objets de John 3:16 car les pochettes sont belles (The Pursuit of Salvation) et que les sorties des EP’s digitaux faisaient sens, on ne peut que se réjouir de עשר. Les titres inédits et ceux parus sur des compilations ou seulement en sortie digitale (car John 3:16 fait partie de son époque) sont enfin réunis. Si on ajoute les dix-sept titres en bonus digitaux (soit plus d’1h40 supplémentaire !), on tient là une anthologie / rétrospective des titres hors album.

Face à un tel monstre, comme en témoignent les douze titres et 74 minutes du CD physique, on peut avoir peur : qu’est-ce qui lie un titre de 2007 à un autre de 2017 ? Eh bien, c’est la cohérence qui prime. Dès le départ, Philippe a su où il allait et les prises de son, le soin apporté aux couches, les thématiques et les constructions sont en harmonie. Cette compilation est un album à part entière, sans doute le meilleur du projet. Comme il nous le signale dans un échange récent : « J’ai passé deux ans à travailler sur cette compilation. Je suis parti de 200 titres, ai réduit à 66 après une année et en ai gardé 29 seulement à la fin. C’est un travail prenant ». Pas de fausse chute de studio maladroite, pas de morceaux de seconde zone exhumé ; chez John 3:16, une composition arrive quand elle le doit et elle est travaillé jusqu’à atteindre un point de non-retour (pour preuve, sur les 29 titres présentés, seuls deux sont en version alternative ou instrumentale). Ainsi l’excellent « Judith » convoque dans ses volutes graciles une retenue élégante, un travail d’orfèvre.

Les ambiances sont maîtrisées et les différents climats se succèdent durant l’écoute. Les titres les plus emblématique seraient alors le calme « Alcyone », dans lequel les triturations de la guitare sont des vapeurs ensorcelantes ; « Holy Mountain » et sa trépidation rythmique qui plaira aussi bien aux fans de Brendan Perry qu’aux adeptes de « From Her to Eternity » ; la ligne de basse répétée et les échos célestes de « Into the Abyss » ; la beauté mélancolique de « The black Hollow ».

Alors qu’au sujet des albums, je revenais de temps à autre sur le lien avec The Cure de la période Kiss me kiss me kiss me (1987) à Wish (1992), sur la longue durée du disque, cette influence se fond dans une singularité forte : nous avons ici un disque qui joue des musiques modernes. Le rock bien heavy (la belle entame d’« Appolyon »), la noise et le shoegaze (la montée de « Ten thousand Times, Ten thousand Angels »), l’ambiant (« La Fin absolue du Monde »), le post-rock (« The River of Life », dont la basse groove si bien) et la coldwave se conjuguent dans un seul son. Ce ne sont pas des mesures ou des riffs collés les uns aux autres façon puzzle, mais un état d’esprit qui prime. Celui d’un homme qui sait où il va, ce qu’il dit et ce qu’il offre aux fidèles qui le suivent. L’un des Prophètes.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. The Sun shall be turned into Darkness

02. Hexenhammer

03. Alcyone

04. Judith

05. The holy Mountain

06. La Fin absolue du Monde

07. The River of Life

08. Appolyon

09. Into the Abyss

10. Ten thousand Times Ten thousand Angels

11. The white Horse

12. The black Hollow (Feat. Rasplyn)

Digital bonuses

13. I am the Alpha and the Omega, the First and the Last, the Beginning and the End

14. The burning Star

15. The burnt Tower (Alternate Version)

16. The Dead Sea scrolls

17. … In the Blood of the Lamb

18. From Flame to Flesh

19. The black Horse

20. The Tree of Life (Instrumental Version)

21. I am the Light of the World, the Truth shall make You free

22. Destroying Angels

23. Possession

24. Sin purifying Fire

25. The Fountain of Life

26. Children of God

27. The divine Healer

28. Dio Padre Misericordioso

29. Angel of Light

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 90%

Site du groupe / MySpace :

https://john316.bandcamp.com/

Be Sociable, Share!