Jim Heimann – California Crazy : American Pop Architecture

14 Juil 18 Jim Heimann – California Crazy : American Pop Architecture

Paru initialement il y a presque quarante ans, California Crazy bénéficie à présent d’une superbe édition augmentée chez Taschen. Condensé d’architectures témoignant de la créativité fantasque de la Côte Ouest, le livre est une vraie plongée dans un monde surdimensionné et anticonformiste, un éloge de l’innovation et de la bizarrerie. Un peu comme si on plongeait dans un livre de Lewis Carroll, on rencontre ici des bâtiments en forme de tasse de café géante, des hôtels aztèques, des châteaux de contes de fée, des autruches, chevaux, chouettes, citrouilles ou crapauds démesurément grands, des pyramides égyptiennes ou même des structures en forme d’éléphants.

Conçue pour appâter les automobilistes, cette architecture appelée « programmatique » a connu son heure de gloire entre 1925 et 1934. Pas forcément destinés à durer, ces édifices avaient pour fonction de distraire/piéger les conducteurs/consommateurs en leur offrant des rafraîchissements, nourriture ou dépaysement. il s’agissait parfois juste de structures autoportantes comme on en trouvait dans les foires, les parcs, les salons ou les carnavals. Souvent, la forme fait écho à ce que l’on peut se procurer à l’intérieur. Un bâtiment en forme de beignet ou de cafetière pour aller grignoter, c’est logique. Une chouette pour acheter une glace, ça l’est un peu moins. Un avion pour signifier une station essence, pourquoi pas? Et que penser de cet exotisme qui mêle toutes les époques? Palais incongrus, structures mayas, villages indiens, marchés mandarins, motifs orientaux, dinosaures de la préhistoire, souvenirs des plantations, châteaux médiévaux, style « paquebot », cabanes de rondins, les mythes et cultures se mêlent pour des associations pour le moins saugrenues. Tiens, un café en forme de champignon, une jambe de neuf mètres surplombant un magasin où l’on achète des bas, un salon de thé dans une théière, un BBQ fabriqué dans un tipi orné d’une svastika ! Le délire est constant, et tout se voit de loin !

Les collections de photographies rassemblées par l’anthropologue culturel et historien Jim Heimann sont tout simplement impressionnantes et éveillent un monde de fantaisie où tout est dans le gigantisme. Comme dans des contes, nous nous sentons comme des êtres miniatures au milieu des géants. Cigares, chiens, flèches, oranges, vaches, poules, pianos, chaussures, tout est immense, en accord avec les autoroutes et les horizons lointains. De cette liberté émerge une poésie, un éveil de l’imaginaire lié à la Côte Ouest et à Hollywood (les décors d’un film comme Intolérance sont reproduits). L’absurde et l’humour ne sont jamais loin. Tous ces igloos et palais de glace créent forcément une ironie comique sous le soleil éclatant de Californie. Cette excentricité fait plaisir à voir, inspire de par tant d’associations cosmopolites, avec ces styles anciens ou d’ailleurs qui se mêlent. Ces architectures racontent avant tout des histoires et nous en disent aujourd’hui beaucoup sur la mentalité de l’époque. Malheureusement jugés avec dédain pendant longtemps, ces lieux invraisemblables n’ont pas été préservés. Il ne reste aujourd’hui que des livres comme celui ci pour en garder la trace d’où le travail très précieux qu’a fait Heimann. Avec près de 400 photos, cet ouvrage est à ranger aux côtés des autres grandes réussites de la collection Taschen et ses beaux livres pour pas cher. Les textes rassemblés sont également très éclairants quant au contexte qui a vu éclore ces architectures toujours aussi folles presque un siècle plus tard.

https://www.taschen.com/

 

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 84%

Site du groupe / MySpace :

https://www.taschen.com/

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse