Japan Suicide – We die in such a Place

22 Mar 15 Japan Suicide – We die in such a Place

Le deuxième album de ces Italiens vient de sortir et le groupe était un secret bien gardé, après un premier disque sorti en 2010, Mothra. Il le restera, puisque les cinq cents exemplaires pressés par Unknown Pleasures Records se sont épuisés en quelques semaines, laissant les indécis sur leur faim. Comptons cependant sur le label pour mettre en ligne quelques titres pour à la fois casser le marché de la revente à prix d’or et donner au groupe l’éclairage qu’il mérite.
Pourquoi un tel succès à l’heure où l’on ne cesse de clamer que le disque est mort ? Une image bien sombre tout d’abord qui a encore et toujours ses fans. Pochette noire et rouge, personnages en ombres chinoises à la Echo And The Bunnymen, drapeau planté dans le sol… Les guitares acides et nocturnes, la basse roborative et la voix en retrait de « Sham », le premier titre, ne disent pas tout : on n’est pas ici dans le seul revival du rock gothique.
Le groupe flirte avec ces lignes, mais il est bien plus fin. Bien évidemment le travail fait par James Aparicio (These New Puritans, Liars, Grinderman…) magnifie l’atmosphère de chacune des pistes. On y trouve l’emphase et l’élégance du premier disque bien rock d’And Also The Trees, comme sur « Death », « Even Blood » et encore plus sur le magistral « We die in such a Place ». Cette capacité à créer des climats qui emportent est salutaire. Pour les plus anciens, on trouve ici et là des traces des guitares curesques période Bloodflowers, c’est par exemple « Insight » et « I don’t exist ». Mais, là encore, pas de resucée stérile, Japan Suicide utilise l’élément comme accroche, parce que ça doit sonner ainsi, mais il ne sonne pas ersatz de Robert Smith, pas plus lorsqu’il fait sonner le final de « Tokkotai », épique à la Ride…
Plus troublante est la voix de Stefano Bellerba : elle porte vers l’héroïsme ce « Naked Skin » et se positionne en retrait dès qu’on aborde les synthé de la coldwave avec l’émouvant « A Mood apart ». capable de hoquets à la Brett Anderson de Suede, elle touche et saisit avec une facilité rare.
Groupe qui touche au coeur, habile relecture des tics anciens et capacité à composer des titres vivants et évocateur, Japan Suicide sera fortement observé à sa prochaine sortie. Soyons heureux qu’un label français ait saisi l’occasion au bon moment d’y accoler son nom.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. Shame

02. A Mood apart

03. Naked Skin

04. Death

05. Insight

06. Even Blood

07. Hideous Man

08. Tokkotai

09. We die in such a Place

10. I don’t exist

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 74%

Site du groupe / MySpace :

http://unknown-pleasure-records.blogspot.fr/

Be Sociable, Share!