Hide – Castration Anxiety

19 Juil 18 Hide – Castration Anxiety

D’abord, mentionnons que le bon titre de ce disque nous rappelle le groupe de death-rock américain Castration Squad dont vous pourrez suivre ici un live pour « A Date with Jack ». De death-rock, il est un peu question avec Hide puisque Heather Gabel exhibe un tatouage du logo de Christian Death sur sa cuisse. Cuisse dévoilée par la pose de Pieta que le duo adopte sur la pochette du disque. Une Pieta inversée puisque c’est une femme qui est portée par (peut-être) un homme camouflé sous une burka. Et, autre « outrage », comme on voit le profil des seins, gageons que le visuel sera censuré comme l’avait été celui de Avale pour leur Incisives...

En revanche, la musique n’est pas du death-rock. Hide (et en son sein, c’est plus spécifiquement Seth Sher qui compose) harponne l’electro-industrielle des années 80 (Cassandra Complex, Controlled Bleeding, à;GRUMH…) dans ce qu’elle a de saccadé rythmiquement. Le chant peut se rapprocher des psalmodies incantatoires de Nick Fiend du temps de Who’s been sleeping in my Brain ?, notamment sur le bien noir « Close your Eyes » qui a une vague parenté dégénérée à partir de « Ignore the Machine ». Les nappes synthétiques sont plus là pour générer des ambiances morbides que des mélodies (« Come undone »). Mis à part le dansant « Fucked (I found Heaven) », les mid-tempo gérés tout du long du disque sont bien vicieux, permettant l’installation de climats méditatifs narcoleptiques. C’est plombé et rugueux, avec un plaisir certain pris à attendre les battements et claquements, raclements et tremblements (« Wildfire »). La voix, elle, a du coffre, mais Heather se la joue le plus souvent monomanie (« Bound/Severed »), gardant un ton mordant, une morgue défiante adressée à l’auditeur (« All Fours », bien agressif et râpeux). Les paroles en effet, multiplient les apostrophes à un « You » qu’il s’agit d’entraîner pour lécher le sel sur les plaies tout en dansant avec les morts ; une victime consentante qu’on observera mourir après l’avoir déchiquetée pour se couvrir de sa peau pour, enfin, espérer sentir quelque chose et revenir en arrière, que le verre redevienne du sable. Au-delà du sadisme revendiqué théâtralement, il y a là une plainte vivifiante, un exutoire et une demande de contact, de folie, de perte et de retrouvailles, d’expiation.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. Fall down

02. Bound/Severed

03. Close your Eyes

04. Wear your Skin

05. Come undone

06. Wildfire

07. Fucked (I found Heaven)

08. All Fours

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 75%

Site du groupe / MySpace :

Le bandcamp de Hide.

La page Instagram du groupe.

Be Sociable, Share!