Gavin Friday – Catholic

20 Mai 11 Gavin Friday – Catholic

Il n’est pas fondamentalement mauvais cet album de Gavin Friday et on ne lui fera pas l’affront de comparer ce qu’est devenu le chanteur de plus de cinquante ans à ce qu’il était au sein des Virgin Prunes, groupe culte de la batcave / coldwave/ indus du début des années 80.

Non, pas question d’adopter la position intransigeante du fan qui refuse de voir vieillir ses idoles de jeunesse. Gavin Friday a tourné la page depuis de nombreuses années et même « The Moon looked down and laughed » montrait cette aspiration à être un chanteur de charme.

Sur ce disque, donc, la voix de Gavin, ravive de belles images, jouant au maximum de la tessiture chaude de l’homme, alternant les murmures de type confessionnal (« Able ») et les morceaux pour crooner (l’efficace et sexy « Perfume »). On lorgne vers le Bono dans cette capacité à être héroïque sur le final de « Where’d ya go? Gone » ; d’ailleurs les deux hommes se sont retrouvés au milieu des années 90 pour quelques pistes ensemble. C’est comme un trajet qui rassemble des destins séparés (on rappelle succinctement que U2 et les Virgin Prunes sont des groupes frères). Mais, cette propension au grandiose est constamment tempérée par une mise en avant de la douceur : ce sont des ballades qui sont écrites. Le renfort vocal de Amy Odell, la sœur du producteur Ken Thomas sur « Land on the Moon » accentue même la torpeur douce qui saisit l’auditeur. On frémit davantage avec ce soupçon de musique rêveuse à la Cocteau Twins le temps d’un « The Sun & the Moon & the Stars » dont le refrain joue du contrepoint mélodique avec grâce. Certes, on pourra arguer en regardant la pochette, d’un homme rasséréné (« Lord I’m coming ») qui adresse à son pays des chansons d’amour (« The only One », métaphorique?) après des événements privés difficiles, mais on est loin des participations aux BO tapageuses des dernières années (« Moulin rouge », « Romeo + Juliette »…). Rien de bien secouant donc, tant rythmiquement, que stylistiquement. Gavin Friday est en roue libre, ne se donne pas grand mal et les surprises que l’on gagnait à l’écoute du très bon « Each Man kills the Thing he loves » ou de la toute récente reprise du « Ghostrider » de Suicide ont bel et bien disparu. On ne comparera donc pas Gavin à son glorieux passé mais à deux autres crooners nés eux aussi en 1959 : là où Morrissey affirme année après année une pulsion rock’n’roll viscérale et où Daniel Darc joue des soubresauts d’une vie abrasive, Gavin Friday se replie sur des berceuses un peu trop douces et homogènes pour pleinement toucher nos esprits.

 

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. Able

02. Land on the Moon

03. A Song that Hurts

04. The only One

05. Blame

06. The Sun & the Moon & the Stars

07. It’s all ahead of you

08. Perfume

09. Epilogue

10. Where’d ya go? Gone

11. Lord I’m coming

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 68%

Site du groupe / MySpace :

www.gavinfriday.com

Be Sociable, Share!