Fiction – Incident EP

30 Déc 16 Fiction – Incident EP

À l’instar de groupes comme – anciennement – Curtain, le son des Français Fiction s’est développé sur un fond culturel baigné par les mouvances froides anciennes. Eux-mêmes revendiquent malicieusement l’étiquette d’old new wave et le seul choix de leur patronyme a pour conséquence d’évoquer.

Quatuor originaire de Poitiers, Fiction comprend en ses rangs les personnes de Ghislain Paoletti (guitares), Christophe Jouet (chant, guitare), Lionel Ferry (rythmes, synthés, programmation) et Emmanuel Vuillemot (basse). Les amateurs de musiques minimales et hypnotiques et à l’esprit eighties se frotteront les oreilles à l’écoute de leur seconde collection de quatre titres, bien tenue et à travers laquelle se retiennent plus l’application et le sérieux de la démarche que les petites imperfections. Sortie en fin d’année, elle succède à une démo sortie début 2016.

S’il demeure quelque chose d’un peu frenchy dans son anglais – rien de catastrophique -, Fiction déploie un charme véritable et une cohérence de vision. Les basses jouées en aigu ramènent en terrain connu et nous n’accumulerons pas les référents. Simplement, l’esthétique sonore ne laisse aucun doute sur la géographie des repères. Phénomène culturel, vous dit-on.
Le chant, anti-démonstratif mais juste dans son intention, intègre un ensemble coloré avec retenue. En dépit de fragilités passagères, il développe sa crédibilité. Les chansons enveloppent (« Monoxyde »), arc-boutées sur une rythmique économe et programmée. Leur refus du débordement associé à une recherche émotionnelle ramène par moments sur le tapis l’esprit d’une vague nommée touching pop – vous vous rappelez ?

Il y a aussi là-dedans tout l’enchantement que l’on aime retrouver dans les petites productions – production qui témoigne en l’occurrence d’une vivacité de la sensibilité coldwave/new wave au sein de la scène hexagonale. Une tradition se poursuit donc et Fiction en est porteur, étalant un savoir-faire et un sens du collectif. Ça ne démontre rien, ça tricote ensemble – alors merci pour ça. Car le fruit a du goût : Fiction fait montre de feeling et de style sur ses compositions originales (« Worsen », morceau aux intentions plus épaisses et à la tonalité plus enflammée que ses deux prédécesseurs) mais habille aussi d’élégance le « Small Town Boy » de Bronski Beat. Là où une tradition goth-metal a porté le single du groupe de Somerville en pleine puissance (cf. la version de Paradise Lost), Fiction préfère lui donner vertu de grâce… ce qui rend cette cover addictive. Un très bon moyen de conclure le EP : avancer un référentiel parmi d’autres en évitant l’écueil du classique coldwave. Il y a là pertinence, au moins autant dans l’art de la reprise que dans le soin porté aux originaux. Modestie des moyens n’exclut pas sensualité. Vivement un vrai format long.

> WEB OFFICIEL
Facebook (officiel)
Bandcamp

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 75%

Site du groupe / MySpace :
Be Sociable, Share!