Edguy – Age of the Joker

08 Déc 11 Edguy – Age of the Joker

Neuvième album du combo allemand, Age of the Joker est un  compromis entre le speed orchestral de ses débuts et le retour au Heavy Rock n’ roll amorcé avec  Hellfire Club puis poussé aux extrêmes du commercial avec Rocket Ride.

Oubliées les heures sombres d’un Tinnitus Sanctus, le ton est ici plus léger même si paradoxalement les mélodies se veulent davantage  travaillées. Nous n’atteindront malheureusement pas les sommets jadis gravis avec une aisance déconcertante par le jeune Tobias avec Vain Glory Opera , Theater of Salvation ou encore Mandrake. Ce temps là semble bien révolu, l’expérience ayant tiré un trait sur la spontanéité du compositeur, annihilé ses élans épiques. Ace of the Joker arrivera juste à point nommé pour  limiter les dégâts, sans trop décevoir ni surprendre.

 

Les choses s’annonçaient pourtant bien avec le titre d’attaque «  Robin Wood » renouant avec les épopées d’antan même si  quelques longueurs auraient pu être évitées. « Rock of Cashel » rend ensuite le relais. J’avoue que j’ai pris du plaisir à l’écoute de ce titre  aux échos moyenâgeux et festifs proche finalement, en fan originel, de ce que j’attendais. Plaisir de courte durée puisque le reste de l’album s’avère relativement poussif, peu inspiré à l’exception du narratif « Behind the gates to midnight World »  d’un « The Arcane Guild » ou d’un  « Two out of Seven » rappelant la grandiloquence coutumière jadis à Edguy ; vélocité, claviers et chorus en avant.

Pour le reste on se demande trop souvent  où sont  passés les refrains fédérateurs, les mélodies ambitieuses qui faisaient  mouche à tous les coups et vous tournaient dans la tête des heures durant après l’écoute. Celle d’Age of the Jokers est plaisante soit mais laisse peu de traces. Le sublime voix de sieur Sammet ne suffisant  plus à faire frémir. C’est au final dans une  lourdeur bien germanique  avec le Heavy  « Faces in the Darkness » que le groupe paraît le plus convainquant. Le rock n’ roll «  Pandora’s box » peinant à faire remonter le niveau, carrément plombé par des titres lents comme « Fire on the downline » ou la sirupeuse ballade FM  « Every night without You ».

Vous l’aurez compris, je n’ai pas été totalement  emballée par ce nouvel album d’Edguy, à la production impeccable mais auquel il manque la saveur et le peps des titres incontournables qu’a pu écrire Tobias il y a quelques années. Ici point d’hymne en vue, juste des morceaux pas mauvais pour autant, qui permettront à Age of the Joker de  titiller, peut être,  la corde sensible de quelques minettes découvrant le combo mais laissera sur sa faim, le fan de base en attente depuis, trop, longtemps de titres lui procurant des émotions pures comme c’était le cas avec Theater of Salvation.

 

 

 

 

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. Robin Hood 02. Nobody’s Hero 03. Rock Of Cashel 04. Pandora’s Box 05. Breathe 06. Two Out Of Seven 07. Faces In The Darkness 08. The Arcane Guild 09. Fire On The Downline 10. Behind The Gates To Midnight World 11. Every Night Without You

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 61%

Site du groupe / MySpace :

http://www.edguy.net

Be Sociable, Share!

3 Commentaires

  1. Oui, je suis d’accord avec toi ! se AGE OF THE JOKER est bon mais n’aie hélas pas le meilleur. malgré une composition et une production assez bonne il nous doit de dire que nous somme en effet bien loin des compositions et des solo majestueux qui nous faisait toucher les cieux. Des melodie qui faisait mouche a chaque coup comme par exemple vain glory opera, theater of salvation, et autre mandrake.

    Mais il y a aussi du positif comme le fort sympathique ROBIN HOOD ! j’aime assez le clip video qui rent hommage au film robin des bois de 1938.

    en suite il y a nobodi’s hero qui nous rappel fort Mysteria de HELLFIRE GLUB.

    Rock of cashel comme tu la deja dit c’est des riff seltique, mais ROCK OF CASHEL c’est aussi un chateau historique qui se trouve en Irlande.

    pandora’s box un western country bien sympa ! se qu’il a déja fais sur TINNITUS SANCTUS avec DRAGONFLY et le top délirant, Aren’t you a little pervert too ?!.

    BREATHE assez bien ! puis arrive le gros TWO OUT OF SEVEN qui je précise veux dire 2 ou bien 7 ! sa parle des média qui critique a tort.

    Puis arrive faces in the darkness ne ferait pas ombre dans hellfire club.

    THE ARCANE GUILD le monstrueux the arcane guild je pense que si il n’y avait pas eu temp de clavier dessus il serait surement plus impossant.

    FIRE ON THE DOWNLINE son hard des années 80, mais avec un refrain remarquable.

    BIHIND THE GATES TO MIDNIGHT WORLD nous rappel bien the kinghdom sur KINGDOM OF MADNESS.

    Puis pour conclure EVERY NIGHT WITHOUT YOU n’est que la suite des autre SAVE ME, THORN WITHOUT A ROSE c’est certin nous somme bien loin de se que était SCARLET ROSE.
    Mais il reste le meilleur opus depuis HELLFIRE.

    Edguy et clairement devenus un groupe de stadium rock et oui le temp du power mélodique semble bien loin !!! Mais rien n’est perdu EDGUY peut trés bien revenire a du bon vieux power comme on l’aime étamt un grand fan de edguy depuis pas mal d’année ma note donner a cet album est de 14/20
    mais pour moi le meilleur album de edguy reste THEATER OF SALVATION que j’ai noter 19/20.
    LE Phénix renait de ses cendres !!!

  2. Pour ma part, j’ai plutôt eu peur quand j’ai écouté le titre « Robin Hood » qui ne représente pas l’album et c’est bien heureux (de plus c’est ce titre qui a fait l’objet d’un videoclip) car sinon il n’aurait pas terminé avec un 15/20 sur Metalnotes. Un titre classique ce « Robin Hood » moyennement inspiré musicalement. Il y a heureusement des titres sympas et plus travaillés à côté de çà.

  3. krzesaj /

    bienvenu obskure fan de Edguy

Laisser une réponse