Drumcorps – Falling Forward

12 Oct 15 Drumcorps – Falling Forward

L’ouverture du label Ad Noiseam, dont nous avons appris à connaître les tangentes expérimentales et synthétiques, ne résume pas tout l’esprit de cette maison mère des musiques avant-gardistes et contemporaines. À ce titre, le nouvel opus de Drumcorps (alias l’imaginatif, nerveux et dreadlocké Aaron Spectre, de Boston), furieuse collection de titres à guitares et machines (quarante-et-une minutes pour quatorze flammèches), parle pour lui.
Il devrait en effet attirer au label un public sensiblement différent de celui qui a noué avec Ad Noiseam un lien intime pour l’essence electro de son fond de catalogue. Drumcorps, quelque part et de loin, est un peu le Pitchshifter d’Ad Noiseam, ses vigoureux concassages breakcore/industriels faisant preuve le cas échéant d’un esprit punk rock (le chant de « Cradle to Grave »). Sur la plage suivante, Drumcorps imposera un mid-tempo abrasif mais toujours mû par un objectif mélodique. c’est une constante du disque, jusque dans ses digressions plus abstraites, moins « chansons ».
Finalement, tout bon rocker « moderne » se devrait de connaître Drumcorps, ce binaire-là est clairement musique de son temps. Il y a tout pour plaire, dans Falling Forward : de vraies chansons, des constructions exigeantes, des rythmiques qui partent en frouille, l’hypnose du beat (« Choose again » nous rappelle quelque chose d’un vieux Stabbing Westward… ou d’un vieux Y Front, difficile à dire), des voix limpides et humaines, une jouissive hybridation saturations/machination, des guitares heavy et froides, et l’inclusion au processus de collaborateurs/invités dont les noms en feront pâlir certains… à commencer par Max Cavalera (Cavalera Conspiracy, ex-Sepultura), suivi de près par Leo Miller (Animosity, au chant sur deux titres). Du monde, de la volonté. Un travail marqué, au global, par une force d’intensité.

Dynamique, versatile et motivé comme jamais par cette idée d’une fusion organique/synthétique telle que contaminatrice du rock depuis les années 1980 (d’où l’expression « rock industriel », à reprendre et analyser un jour sous un angle critique), Drumcorps, avec Falling Forward, incruste au fond de catalogue d’Ad Noiseam l’une de ses références parmi les plus démonstratives. Une collection de choses à la fois directes et surprenantes, et qui mérite au moins autant le détour que le premier album. Aaron ‘dreadlocks’ Spectre n’est pas qu’un ancien fan de Converge, Cave In ou N.I.N.. Il creuse son sillon.

> WEB OFFICIEL
www.drumcorpsmassive.com

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 75%

Site du groupe / MySpace :
Be Sociable, Share!

Laisser une réponse