Dominique A – La Fragilité

24 Nov 18 Dominique A – La Fragilité

À l’heure où certains préfèreraient ralentir un peu, la prise d’âge est cette année une occasion pour Dominique A d’exprimer une envie, une productivité.
La Fragilité est sortie la veille de son cinquantième anniversaire. Plus tôt dans l’année, il a publié Toute Latitude, marqué par la présence de boîtes à rythmes et d’ambiances refroidies, manifestations discrètes d’une sensibilité new wave restée sans doute prégnantes dans son univers personnel.

Cette fin 2018 voit donc Ané accomplir le doublé (diptyque annoncé de longue date, pas un scoop) et La Fragilité porte bien son nom. Non que la tonalité soit si différente que cela de celle du prédécesseur : le spleen est là, encore, mais exposé cette fois dans un dénuement quasi-total. C’est un disque plus duveteux, moins mécanique et sans les quelques rugosités anxiogènes du prédécesseur. Dans les deux cas, une économie de couches, une délicatesse d’intention. Les deux facettes d’une même pièce, un peu ; deux facettes polies différemment. Impossible de comparer de la sorte Vers Les Lueurs (2012) et Eleor (2015). Chaque disque naît en réaction au précédent, mais ne le complète pas forcément. Tout empirisme n’est pas puzzle.

Les canevas, épurés, ont une résonance plus directement acoustique que Toute Latitude. Un boisement rural, home made. Ané est attaché à la ruralité, à laquelle l’enfance, indéfectiblement, le rattache. Il le dit dans ses récents entretiens et veut défaire toute négligence à son égard. Revenir au boisement, sans les clichés pastoraux. L’intégralité des instrumentations, la guitare principalement, est ici du fait d’Ané. C’est lui sans les autres, lui pleinement, solo pur.
Instrument clef que cette guitare achetée en 1995. Cordes nylon d’époque, usure de l’étoffe. La résonance vient du passé, mais naît par un mouvement de doigts chargé d’une histoire supplémentaire. Toujours ce sens de l’économie : Dominique sait toucher avec rien. Entre lui et nous, à peine un souffle. Squelettes du sentiment, leur essence, vérités intérieures. Une mélancolie traîne tout du long (« Le Soleil »), qui a jailli en douceur dès les premières notes : c’est « La Poésie », inspirée par le départ de quelqu’un (Leonard Cohen est mort deux jours avant qu’Ané couche la chanson, Trump est élu le jour suivant : le déluge). La Fragilité est celle du corps, celle de l’inspiration, celle de l’être tout court, par nature. Elle traverse tout ce disque, dont la tonalité reste à la douceur (antithétique de celle d’un Remué) y compris lorsque réapparaît un beat aquatique (« La Splendeur »). Un instant dans le monde, cinquante ans. Nuages épars, poids du passé, horizon que gagne le crépuscule, textes au charbon. Garder l’œil ouvert, prendre les dernières lueurs.

> DOMINIQUE A ONLINE
Site officiel

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 75%

Site du groupe / MySpace :
Be Sociable, Share!