Dibbukim – Az A Foygl Un A Goylem Tantsn

09 Juil 11 Dibbukim – Az A Foygl Un A Goylem Tantsn

En ces temps où tout se ressemble, s’assemble dans un coït musical censé engendrer le renouveau du métal, Dibbukim a apparemment découvert la bonne position.

Ne vous méprenez pas, le groupe n’est pas plus créatif et inventif que le en nième nouveau combo d’ici ou d’ailleurs, sa musique étant des plus classiques, c’est à dire un bon vieux heavy métal incisif basé sur l’harmonique des guitares tel Iron Maiden avec des influences Folk.

Non, une fois n’est pas coutume, l’originalité de Dibbukim vient bel et bien du chant puisque l’opus est enregistré en langue traditionnelle juive, le Yiddish. Ida et Niklas Olniansky, Suédois de leur état, par esprit de provocation ou simplement par conviction et traditionalisme ont eu l’idée de composer un album dans ce dialecte assez répandu en Europe jusque dans les années dix neuf cent quarante et l’histoire funeste dont je vous ferai grâce… qu’ils ont eux même traduits, comme toutes les paroles dans le livret d’ailleurs, de la langue de Shakespeare en Az A Foygl Un A Goylem Tantsn .

Cette langue aux sonorités sommes toute exotiques, atypiques à nos oreilles suffit à provoquer l’intérêt de l’auditeur lambda. L’alternance ou le mariage, selon les morceaux, du chant clair masculin et féminin, bien que n’étant pas déterminant, marque de son emprunte ce premier album de Dibbukim. Mêlant compositions originales et traditionnelles juives, Az A Foygl Un A Goylem Tantsn ne peut laisser indifférent. Markus Wohlfart, le guitariste et principal géniteur se met totalement aux services du couple de chanteurs tout en nous distillant des lignes mélodiques de toute beauté.

L’ambiance est ici au beau fixe comme pour faire table rase d’un lourd passé, au travers d’un folk métal basé sur des guitares alertes et joviales. Nul n’est besoin d’effort, bien au contraire pour adhérer à la recette, l’amateur de heavy mélodique sera en terrain conquis. La difficulté se situe justement et c’est là tout le paradoxe de Dibbukim, au niveau du chant. Le Yiddish n’est de toute évidence pas très adapté au métal, mais comble de tout, Ida en remet une grosse couche avec son timbre des plus stressants. Flirtant sans arrêt avec la justesse, elle met les nerfs de l’auditeur à rude épreuve…au final l’écoute passe ou casse.

La perception sera des plus personnelle et je vous invite donc à vous faire votre opinion par vous même avant de foncer tête baissée dans l’univers des suédois de Dibbukim. En tous cas, si l’intention première de ce jeune combo était de faire parler de lui attisant les polémiques, le pari est gagné haut la main, leur musique sachant, tour à tour, charmer l’oreille et déranger à les préjugés…

 

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
1. Shpil Di Fidl Shpil (1:23)

2. Yidl Mitn Fidl (3:02)

3. Rozhinkes Mit Mandlen (3:59)

4. Hinter Dem Tol (3:58)

5. A Mol Iz Geven A Mayse (3:22)

6. Csárdás (1:57)

7. A Mabl Fun Mashke (3:12)

8. Der Tants (0:18)

9. Khaloymes (3:14)

10. Oyfn Veg Shteyt A Boym (4:55)

11. Der Rodmakher (5:17)

12. Papirosn (4:10)

 

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 68%

Site du groupe / MySpace :
Be Sociable, Share!

Laisser une réponse