Death Riders – Through Centuries of Dust

24 Juil 11 Death Riders – Through Centuries of Dust

Bikers de tous poils, passez votre chemin. Malgré un patronyme suggestif, Death Riders n’est pas fait pour l’amateur de belles mécaniques Heavy traditionnel. Ce jeune groupe venu d’Italie tente en fait à sa manière d’apporter du sans neuf à la scène métal. Pas facile aujourd’hui de proposer une musique créative et originale. Nos transalpins en sont bien conscients, et pour ce faire ils ont pris le parti de mélanger des styles à priori peu compatibles comme le thrash, le heavy mélodique et le speed progressif.

En bon Italien qui se respecte, Valerio Gaoni, possède un joli brin de voix, il sera donc la dominante mélodique de Death Riders, ces compères instrumentistes s’occupant de l’aspect thrash et progressif de  Through Centuries of Dust . Une démarche qui pourrait faire songer à celle d’Eldritch, en théorie pour le moins. Car là où la bande à Terence Holler excelle dans la création d’atmosphères sombres et oppressantes, Death Riders mise trop consciemment, ou peut être pas, sur l’aspect joviale de sa musique. Le groupe a beau se démener pour apporter de l’agressivité aux morceaux, Valerio, en disciple de Michele Luppi, tempère de suite les ardeurs de ses compères par son timbre mélodique, cristallin. Quelques voix extrêmes interviennent ici où là mais de façon trop éparses et artificielles, utilisées telles des arrangements et sous mixées par rapport à la prédominance vocale de Valerio.

En bon shredders digne de ce nom, Francesco Pellegrini nous balance quelques petits solos techniques, disons intéressants. Bien que leader et principal compositeur de Death Riders, il sait ne pas être omniprésent laissant la place à chacun de ces partenaires pour s’exprimer pleinement. Un Mickael Romeo chez Symphony X ? En fait Franscesco a un réel potentiel peut être plus d’ailleurs que Mister Romea mais bizarrement le second accroche nettement plus l’auditeur cherchez l’erreur… Tout se joue en fait sur quelques détails rendant l’alchimie maladroite. Les idées sont là, les qualités de chacun des protagonistes indéniables, mais il manque un peu d’ampleur dans le son, le mixage favorisant un peu trop le chant de Valerio, au timbre tellement typé AOR qu’il arrive à faire passer l’aspect thrash, pourtant bien réel, au second plan, limite anecdotique alors qu’il est l’une des bases de la musique de Death Riders.

Un seul exemple, qui en dit long résumant à lui tout seul, Through Centuries of Dust, le riff de « Season Of Loss », qui fait songer au « Reign in blood » de Slayer, mais complètement perdu et aseptisé par le mixage et le chant ultra mélodique de Valerio Gaoni. Résultat, seuls les amateurs de speed mélodique alambiqués seront susceptibles d’accrocher à se premier essai des transalpins, alors que potentiellement, ils auraient dû convaincre et ratisser bien plus large.

 

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. The Hedgehog’s Dilemma

02. Legion

03. Death Riders

04. Shelter

05. The Eclipse

06. Season of Loss

07. War Inheritance

08. Sinfonia

09. Reason and Fate

10. Crimson Liberty

11. When Everything Lies

 

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 73%

Site du groupe / MySpace :

http://drmetal.weebly.com/

http://www.myspace.com/deathridersband

 

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse