Current 93 – And when Rome falls

02 Mai 12 Current 93 – And when Rome falls

En plus d’être un génie créatif, David Tibet est aussi infatigable que généreux envers ses fans. Une politique d’éditions abondantes, de sorties rapprochées que n’approuve pas forcément tous ses fidèles mais soit. À peine remis du très électrique live à Katowice enregistré lors de la tournée HoneySuckle Æons (franchement recommandable et proposé gratuitement en version numérique), c’est au tour de deux nuits au British School de Rome en 2005 d’être exhumées afin de constituer And when Rome Falls. Rapidement sur la frise chronologique : Halo vient de sortir et Black Ships ate the Sky se trouve dans les tuyaux, prêt à se révéler. Vous y êtes ?

L’approche rappelle Soft Black Stars seen over London (devenu aujourd’hui objet très prisé) : épure totale, célébration de l’intime et du dépouillement instrumental, ces deux soirs-là Tibet est entouré seulement de la sensuelle Maja Elliott au piano et John Contreras au violoncelle. La setlist est adaptée à cette configuration minimale, magie saturnienne en suspension, aucun titre indiffère mais certains d’entre eux nous surprennent sous cette forme (le diptyque « Sunset » / « Black Ships ate the Sky » réorchestré pour l’occasion). Les arrangements font donc la part belle aux conversations piano / voix, équation simple et géniale que le volubile Tibet n’a cessé d’honorer au cours de sa deuxième partie de carrière et qu’il honorera sans nul doute dans le futur. Au rayon des titres qui méritent à eux seuls l’achat d’And when Rome falls, on se délecte dès l’ouverture de « Time of the Last Persecution » (cover du songwriter / pianiste Bill Fay, homme que Tibet semble fortement apprécier) et des éternels « A Gothic love Song » (une beauté rehaussée par un violoncelle majestueux), « Alone » et « Mary waits in Silence ». Moments sobres et mystiques, partage émotionnel touchant.

Apaisant, tristement mélancolique, ce énième disque live capte l’essentiel et se trouve être une photographie plutôt fidèle de ce qu’était Current 93 en 2005. Une majorité de classiques intemporels, de délicates orchestrations, les déclamations et la sincérité de Tibet font le reste. La pléthorique discographie de Current 93 est un dédale de richesses et d’intrigues, le profane ne s’y risquerait pas sans plan de route. En ce sens, And when Rome falls, au même titre que quelques autres compilations / lives, peut constituer un excellent « premier contact » avec la poésie apocalyptique du maître Tibet et de ses troubadours géniaux. Limité à mille copies, l’objet est évidemment précieux et figurera d’ici quelques années dans le viseur de collectionneurs acharnés. On parie ?

 

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
1. Time of the Last Persecution

2. Niemandswasser

3. Calling for Vanished Faces II

4. Black Flowers, Please

5. Mary Waits in Silence

6. Good Morning, Great Moloch

7. Alone

8. Sunset/Black Ships Ate the Sky

9. Tortoise Mouth

10. Monkey Paw

11. A Sadness Song

12. The Bloodbells Chime

13. Oh, Coal Black Smith

14. A Gothic Love Song (for N.)

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 76%

Site du groupe / MySpace :

http://www.copticcat.com/

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse