Crushing Blow – Cease Fire

13 Juin 11 Crushing Blow – Cease Fire

On les avait cru perdus après un seul et unique album, le combo du sud de la France ne donnant plus signe de vie depuis sept longues années.

Que nenni, Crushing blow est de retour, un nouveau batteur et surtout une nouvelle porte parole à sa tête… Le groupe ne fait pas table rase du passé mais c’est tout comme. Des années de galères laissent fatalement des traces.

Du coup Ben et sa bande ont pris le temps de peaufiner ces dix nouvelles compositions et surtout leur enregistrement ce qui est en soi une démarche plus qu’honorable. La production maison,  de Benjamin,  le guitariste est quasi parfaite. Un son clair et précis dans lequel chaque instrument est audible, cela aide énormément à entrer dans l’univers d’un nouvel album. D’autant plus que la concurrence scandinave ou d’outre Rhin qui excelle en ce domaine est sans pitié.

Globalement, le son manque juste un peu de puissance et d’ampleur ce qui est loin d’être rédhibitoire. Loin de tous les poncifs et intérêts commerciaux des groupes à chanteuse, Crushing Blow continue de nous concocter un bon vieux Heavy traditionnel dans la ligné de Doro ou autre Judas Priest. Mais forcément à cause de leur nationalité et du style pratiqué, on les rapprochera davantage de leurs compatriotes de Mystery Blue.

Toutefois le côté très policé et mélodique de Crushing Blow leur donne une toute autre dimension. Les introductions sont soignées, les riffs toujours accrocheurs et les solos de guitares techniques, opportuns. Le doute n’est pas permis, Crushing Blow a fait de sacrés progrès depuis son premier scud.

Passons maintenant aux choses qui fâchent. À trop peaufiner sa musique, Crushing Blow a perdu la spontanéité et les petits défauts qui rendent un album finalement attachant. Nos frenchies sont d’excellents techniciens mais n’ont pas d’idées fondamentalement novatrices à transmettre, partager.

La bonne impression de départ laissée par « The wizard’s tale » speedé comme du bon Helloween ou Gamma Ray en version féminine ainsi que par « Redemption » un titre incisif façon Saxon laisse rapidement place à l’ennui et au questionnement.

Recycler les vieux riffs c’est bien beau, pas foncièrement inintéressant en soit à condition d’y apporter quelque chose de neuf et c’est là le gros soucis de Crushing Blow.

On pense systématiquement à l’écoute de chaque morceau de l’album à son pendant provenant d’ un autre combo sans que la version proposée y apporte un vrai plus, une certaine fraicheur. L’exemple le plus parlant étant « Dreams » dont le riff est purement calqué sur le dantesque « Painkiller » de Judas Priest mais qui pour le coup paraît bien mollassonne dès que le chant apparaît. S’inspirer ou rendre hommage aux ancêtres du Heavy est louable mais c’est aussi une arme à double tranchant, Crushing Blow en fait ici l’amer expérience.

La power ballade « Shadow » s’en sort avec les honneurs grâce à l’excellente prestation de Valène, la nouvelle vocaliste, mais pour le reste il faudra attendre « The prophecies » pour à nouveau prêter une oreille attentive à la musique de Crushing Blow . Une orchestration et une puissante voix masculine, secondant Valène donnant un aspect poignant et inédit jusqu’ici à cette musique trop scolaire et prévisible. Passé ces écueils artistiques, il faut quand même avouer que le come back de Crushing Blow est plutôt réussi et plaira je n’en doute pas aux oreilles sensibles au heavy féminin mélodique et travaillé qui sauront pardonner le manque de spontanéité et d’originalité de ce « Cease Fire ».

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. Intro

02. The Wizard’s Tale

03. Redemption

04. Shadow

05. Dreams

06. Cease Fire

07. Rise Your Soul

08. Tears Of Heart

09. Memories

10. My Venom

11. The Prophecies

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 62%

Site du groupe / MySpace :

crushingblow.free.fr/

www.myspace.com/crushingblowmusic

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse