Cradle of Filth – Evermore darkly, nouvel EP

09 Nov 11 Cradle of Filth – Evermore darkly, nouvel EP

Le dernier album du « Berceau d’Ordures » ayant plutôt bien marché, Peaceville Records ne se fait pas prier. Les fans du chanteur aux semelles compensées apprécieront sans nul doute ce mini-album et l’ajouteront à leur discothèque sans regarder à la dépense. On peut même imaginer qu’ils l’écouteront un jour. Reste que cette sortie, bien qu’il ne faille pas l’envisager comme autre chose qu’un produit dérivé plutôt modeste, renoue avec l’esprit d’un Crade of Filth qui fait les choses bien. En matière de EP, on n’avait pas eu droit à mieux depuis « From the Cradle to Enslave ». Ca ne changera pas pour autant la face du monde, et sûrement pas l’opinion déjà bien ancrée des « Dani Filth haters ».

A l’écoute, impossible de ne pas apprécier les titres de « Evermore Darkly » si on a apprécié « Darkly, darkly, Versus Aversa », jusqu’au remix de Rob C d’Anthrax. Avec ce titre, on dirait que Cradle fournit lui-même le bâton pour se faire battre. Le montage du mix est en soi plutôt bien inspiré, les pistes acoustiques sont bien en place, mais le beat et les effets, les filtres, tout frise le ridicule. Ce qui aurait dû contrarier la permanente que Dani arborait sur un de ses derniers clips ! Dommage. La demo version qui suis ne manque, elle, pas d’intérêt. Le son est à plat, manque de patate, pas de mastering, c’est brut et ça sonne bien. Le monde à l’envers.

L’EP s’achève par une sorte de teaser du tant (?) attendu projet orchestral du groupe, un travail sur le titre « Summer dying fast ». A suivre donc. Du matériel anecdotique vous l’aurez compris, pas pour autant dénué de sens, surtout avec le support vidéo qui accompagne la chose, un documentaire composé de lives et d’interviews intitulé « You can’t polish a Turd, but you can roll It in Glitter » dans lequel Dani partage sa vision des décisions artistiques prises dans le laps de temps entre les albums studio, qu’il considère devoir remplir par autant d’idées créatives et autres happenings, ce qui se traduit souvent chez Cradle par un truc surnuméraire à acheter (combien d’étagères de disques ont cédé sous le poids des EPs de Cradle ?). Dani précise encore que tout cela s’adresse aux fans avant tout.

CQFD.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
Evermore darkly CD




1.
« Transmission from Hell »
2:05


2.
« Thank Your Lucky Scars »
4:53


3.
« Forgive Me Father (I Have Sinned) » (Elder Version)
4:22


4.
« Lilith Immaculate » (Extended Length)
8:03


5.
« The Persecution Song » (Elder Version)
5:36


6.
« Forgive Me Father (I’m in a Trance) »
6:29


7.
« The Spawn of Love and War » (Elder Version)
6:21


8.
« Summer Dying Fast » (« Midnight in the Labyrinth » breadcrumb trail)
5:22



Venus Diversa DVD




1.
« Humana Inspired to Nightmare » (Live)



2.
« Heaven Torn Asunder » (Live)



3.
« Honey and Sulphur » (Live)



4.
« Lilith Immaculate » (Live)



5.
« Her Ghost in the Fog » (Live)



6.
« Nymphetamine (Fix) » (Live)



7.
« The Principle of Evil Made Flesh » (Live)



8.
« Ebony Dressed for Sunset » (Live)



9.
« The Forest Whispers My Name » (Live)



10.
« Cruelty Brought Thee Orchids » (Live)



11.
« From the Cradle to Enslave » (Live)



12.
« Lilith Immaculate » (Music Video)
6:14


13.
« You Can’t Polish a Turd… But You Can Roll It in Glitter » (Rockumentary)
42:36



Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 65%

Site du groupe / MySpace :
Be Sociable, Share!

Laisser une réponse