Collection D’Arnell Andrea – Vernes – Mondes

02 Fév 11 Collection D’Arnell Andrea – Vernes – Mondes

« D’autres voix que le vent chanteront le déclin de nos corps. D’autres glas que les ans sonneront le destin de l’aurore » psalmodie Cloé St Liphard… Le décor semble planté, ça ne fait pas rire les oiseaux, la compagnie créole n’a pas été conviée ! Chaque album des Orléanais de Collection d’Arnell Andrea est une plongée en apnée dans une rivière automnale où s’évanouit le souvenir des enfants, les espérances trahies, les espoirs déchus, l’écume du temps passé… cette saveur si amère. Vernes – Mondes ne déroge pas à la règle, ce neuvième album qui est désigné comme la continuité d’Un automne à Loroy (premier LP datant de 1989), renferme une mélancolie si authentique, si belle et tellement prégnante.

Une poésie introspective et symboliste, un univers onirique lancinant, des vapeurs 4AD, variations sur un même thème… une tristesse en lame de fond : Vernes – Mondes est celui qu’on espérait. Peu de lumière transparait, l’obscurcissement est total, les onze titres d’obédience coldwave aux fortes accointances néoclassiques posent un décor proverbial, un jeu de nuances qui révèle une sensibilité déchirante et une créativité larmoyante. Peu de surprises donc : l’instrumentation repose sur des cordes tantôt acoustiques et plus rarement saturées mais bienvenues (« The World we leave ») et sur des motifs répétitifs et obsédants (le très réussi « Dawn again »), un souffle continu de salves poétiques. Cette force souterraine et brumeuse revisite avec succès les canons esthétiques des musiques sombres eighties (des mouvements analogues avec Faith And The Muse sont plus que perceptibles) et honore cette attention consciencieuse envers la typologie gothique. Aucune variante rythmique, lyrisme dramaturgique, synthé en apesanteur, la voix précieuse et pénétrante de Cloé St Liphard, comme à son accoutumée, enveloppe, trouble l’auditoire et parachève l’œuvre idéalement  … l’immersion est totale.

Musique contemplative par excellence Vernes – Mondes présente quelques lourdeurs : son aspect monobloc et l’uniformité du décorum empêchent toute respiration… une écoute oppressante parfois, une forte impression de redondance justifiée par cette odeur invariablement spleenétique. Malgré cela, Vernes -Mondes est un enregistrement singulièrement attachant qui contient son lot de petites merveilles, une peinture figurative musicale du temps qui s’écoule…  inéluctablement, l’irréversibilité de ce passé que porte la mémoire du monde.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. La Beauce, l’Errance

02. Au Chevet des Faunes

03. The Coming of Believes

04. D’autres Voix que le Vent

05. The World we leave

06. Les Champs, demain

07. Dawn again

08. L’Envol

09. Les Sables-Mémoire

10. The Wan Plain

11. Vernes-Monde

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 72%

Site du groupe / MySpace :

http://cdaa.free.fr/

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse