Chuck Palahniuk – Le Purgatoire

18 Juin 17 Chuck Palahniuk – Le Purgatoire

On le sait, l’humour de Chuck Palahniuk n’est pas pour tout le monde, volontiers outrancier, scatologique et mauvais goût. Pourtant, chacune de ses nouvelles traductions nous ravit et nous donne envie de se mettre à la lecture instantanément. Pourquoi l’univers de Palahniuk nous plaît tant? Peut-être parce qu’il n’en fait qu’à sa tête, qu’il se moque de plaire et qu’il arrive toujours à glisser derrière ses satires corrosives des réalités profondes quant au monde contemporain? Au delà des délires fantasques, irrationnels et pas sérieux, on ressent cette noirceur, cette souffrance intérieure et ce sordide auquel on doit faire face avec dérision. Le Purgatoire n’échappe pas à la règle, et en ce sens c’est du pur Palahniuk. Faisant suite à Damnés, il s’agit d’un second tome d’une trilogie, d’où peut-être le sentiment d’inachevé à la lecture car pour avoir la vision d’ensemble, il faudra attendre le troisième volume.

Traduit par Héloïse Esquié, Le Purgatoire nous permet de retrouver le personnage de Madison Spencer, 13 ans, obèse et morte. Cynique comme rarement une jeune fille de son âge peut l’être, elle est cette fois-ci de retour sur Terre le jour de Halloween afin de comprendre pourquoi elle a été condamnée et afin de sauver le monde d’une nouvelle religion lancée par ses parents ex hippies et basée sur l’humour pipi-caca : le Porcisme. On quitte donc les descriptions fantastiques des Enfers du précédent volume pour s’intéresser à la famille de Madison, en particulier ses grands parents et ses parents, deux modèles de couples pas vraiment équilibrés. C’est donc à la famille, à l’éducation et à la foi que Palahniuk a décidé de s’attaquer ce coup-ci, mais aussi à ces stars millionnaires et “progressistes” de Hollywood, dont on ne doute pas une seconde qu’elles ont inspiré les parents de la jeune ado.

Chaque chapitre est comme une entrée postée sur le blog de Madison que ses comparses “post-vivants” en Enfer peuvent lire. Et elle y dévoile tout. Nous serons assez fair-play pour ne pas dévoiler les révélations du livre mais sachez qu’il sera question de toilettes publiques, de castration, de bâtons de merde, de Cachalots dans la brume, de chats atteints de polykystique rénale, d’orphelins, de succubes, de drogue, d’écologie, et encore et toujours de la famille, ou comment se rebeller contre des parents qui célèbrent la rébellion et qui instrumentalisent les enfants pour leur propre succès? En tentant de réconcilier Dieu et Satan et de lutter contre ce nouveau fléau qu’est le Porcisme, Madison va-t-elle réussir à sauver la Création ou la mène-t-elle droit au chaos? La résolution donnera forcément le sujet du troisième roman, ça on en est sûr !

Si vous avez aimé Damnés, Le Purgatoire en est donc une suite nécessaire. Bien sûr, le livre n’est pas aussi jouissif à la lecture que peuvent l’être Choke ou Snuff – peut-être parce que le personnage de Madison n’est jamais très crédible -, mais vu qu’il n’est que le maillon d’une trilogie, il est encore trop tôt pour se prononcer. En tout cas, Le Purgatoire offre son lot de séquences délirantes, de tournures drôles et de sarcasmes bienvenus. Si vous aimez Palahniuk, vous le retrouverez sans problèmes… Mais que va donc nous réserver Madison après nous avoir relaté les horreurs d’une éducation permissive où même la drogue est enseignée aux enfants? On peut s’attendre au pire… et on s’en délecte déjà.

http://www.sonatine-editions.fr/

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 75%

Site du groupe / MySpace :

http://www.sonatine-editions.fr/

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse