Christopher Lee – Charlemagne By The Sword And The Cross

22 Juin 11 Christopher Lee – Charlemagne By The Sword And The Cross

Quand le légendaire Christopher Lee, acteur des plus charismatique du 7 ème art et principalement des films sombres , s’attaque à un des mythes français Charlemagne le tout sous couvert d’un album de « Rock » symphonique, on a de suite les sens en éveil s’attendant au pire comme au meilleur.

Le sieur ayant déjà officié aux côtés de Rhapsody, l’on connaissait son attachement au Métal narratif orchestral . « Charlemagne » allait-il surfer donc sur cette vague grandiloquente façon Luca Turilli ? A 87 ans, voilà en tous cas un beau pari mettant en avant avec sincérité la passion d’un homme plutôt que son côté commercial, Christopher Lee n’ayant de toutes évidences pas besoin de cet album pour vivre. L’acteur a voulu se faire plaisir en mettant en oeuvre se projet aux côtés de musiciens Métal , d’un orchestre symphonique et du compositeur Marco Sabiu. Apparemment, la famille de Christopher Lee descendrait de la lignée de Charlemagne d’où cet hommage musical à ses illustres ancêtres…

A la façon d’un Opera, l’album se divise en actes et comporte beaucoup de passages « parlés ». A la façon d’un mage, Christopher Lee fait planer une aura avec son timbre grave et majestueux sur l’opus. Heureusement d’ailleurs car musicalement, les amateurs de Heavy seront bien en peine, l’œuvre très narrative n’offrant que peu de riffs fédérateurs.

A l’image d’une épopée filmique, « Charlemagne » se veut avant tout pictural et les titres s’enchaînent comme l’on découvrirait les tableaux racontant la vie du roi de France. Tout cela est soit joliment fait, les violons virevoltent autour de la prestation tragique du chanteur vedette, les guitares ponctuent ça et là l’ensemble à la mode métallique sans trop en faire mais au final l’œuvre s’étire en longueur. On est bien loin d’un Avantasia ou d’un album de Rhapsody loin même d’un « Once And Future King », l’opéra Rock de Gary Hughes. Décidément, cet album a quelque chose d’hors norme à la fois attachant de part la tessiture vocale d’un Christopher Lee qui donne tout ce qu’il peut pour tenter insuffler une âme à son oeuvre ( en étant parfois à la limite de la justesse) et de l’autre rédhibitoire de part des mélodies convenues qui sont juste là pour mettre en valeurs les voix et la trame de l’histoire.

Plus qu’un Metal opera on se retrouve face à des compositions édulcorées, pouvant faire penser à du Rock Symphonique version « camomille ». Dans le meilleur des cas l’on pensera à Queen du fait de la production bétonnée, des arrangements et des chorus ou à de l’AOR orchestral. Le duo Lee ( très paternelle) / Lydia Salnikova sur « Starlight » est sympathique ou plutôt touchant.

Plus épique et sombre sur le funeste l’on trouve « The Age of Oneness Out Of Diversity » mais je retiendrai davantage un « The Iron Crown Of Lombar » où le chanteur officie avec plus de puissance ( attention la puissance d’un vieille homme de près de 88 années, pas celle d’un Fabio Lione quand même).

Petit clin d’oeil presque comique ( désolée), l’accélération « endiablée » du duo masculin sur « The Bloody Verdict Of Verden », titre qui tente de réconcilier deux mondes: celui de l’opéra via les envolées lyriques de Vincent Ricciardi et le Heavy grâce à des guitares aiguisées. La ritournelle n’y est finalement pas si mal pensée.

Le moment d’apothéose de cet album étant tout de même le final « Ibéria » bourré d’effets sonores et où l’on a le plaisir patriotique d’entendre le grand Christopher Lee hurler « Viva Francia !!! »

Vous l’aurez compris, « Charlemagne By The Sword And The Cross » ne s’adresse pas aux fans de Metal… , il est davantage à déguster comme un hommage à un homme qui aura marqué le 7 ème art et aimé notre monde métallique au point de vouloir en faire partie…un tout petit peu. Cela ne mérite pas la reconnaissance mais le respect. Dispensable pour le musicien, il pourra s’avérer un objet de culte, en plus, sur l’étagère de l’amateur de cinéma.

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. Overture

02. Act I: Intro

03. Act I: King Of The Franks

04. Act II: Intro

05. Act II: The Iron Crown Of Lombardy

06. Act III: Intro

07. Act III: The Bloody Verdict Of Verden

08. Act IV: Intro

09. Act IV: The Age Of Oneness Out Of Diversity

10. Act V: Intro

11. Act V: Starlight

12. Finale

13. Iberia

14. The Bloody Verdict Of Verden [instrumental version]

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 58%

Site du groupe / MySpace :

charlemagneproductions.org

www.myspace.com/charlemagnemusical

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse