Chandeen : Blood Red Skies

21 Nov 11 Chandeen : Blood Red Skies

Si elle marqua fortement les années quatre-vingt-dix, la poésie électronique de Chandeen n’en demeure pas moins ancrée dans une tangibilité contemporaine. Elle mérite sa place, aussi circonscrite soit-elle aujourd’hui, et Blood Red Skies tend difficilement à nous le prouver. Les intentions dream pop développées par le groupe de Francfort sont à n’en point douter sincères, provoquent toujours leur petit éventail d’émotions malgré le fait que bon… avant, c’était avant : la suprématie d’Hyperium et leur vitrine de groupes finement inspirés appartiennent désormais aux livres d’histoire.

Les effluves darkwave complètement disparues et construites autour d’un piano voluptueux à l’ostensible clarté, de nappes de synthé aériennes, de cordes en apesanteur. C’est la pop éthérée de Chandeen, qui ne manque aucunement son but univoque : glorifier l’analogique, faire fi des années écoulées et proposer quatorze titres aux sonorités vaporeuses et aux ambiances d’un romantisme doucereux. Si la formule fonctionne parfaitement pour les première pistes du disque (on vibre volontiers pour le minimaliste et très (trop ?) easy-listening « Stars can Frighten » et le convaincant « Shadows Fade »), le manque de force d’impact inhérent à la suite de l’opus rend plus malaisée l’adhésion à l’ensemble. On s’ennuie fermement à l’écoute de titres calibrés pour l’Eurovision car dans cette platitude des formes, la magie ne l’emporte jamais. Pas grand-chose d’excitant dans ces espaces où le méditatif se transforme vite en monotonie. Dommage car on les sait capable de faire vibrer nos cordes sensibles. Le trio Julia Beyer, Harald Löwy et Mike Brown n’élève que trop rarement le propos (« Farewell to Love », piètre hommage à Procol Harum ?, le vide incroyable de « Sunset Serenade ») et on peine véritablement à soutenir l’entreprise.

Une inspiration à bout de souffle ? On aurait tendance à répondre par la négative mais au regard de l’inconsistance d’une majorité de titres, admettons que sur ce coup-là, un EP aurait largement suffi.

 

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. Stars can Frighten 02. Shadows fade 03. Farewell to Love 04. Blood Red Skies 05. Kiji 06. Air 07. Rabbit,run 08. World in Between I 09. Citylights 10. The Longing 11. New Morning II 12. Sunset Serenade 13. Floating to the Stars III 14. Until the Dawn

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 55%

Site du groupe / MySpace :

http://www.chandeen.com/

Be Sociable, Share!